La course la plus serrée de l'histoire du cyclisme olympique

Tokyo, JAPON - 22 octobre 1964 : Le départ de la course cycliste individuelle sur route hommes aux Jeux Olympiques, sur le circuit de Hachioji.
Tokyo, JAPON - 22 octobre 1964 : Le départ de la course cycliste individuelle sur route hommes aux Jeux Olympiques, sur le circuit de Hachioji.

En octobre 1964, Tokyo a accueilli ses premiers Jeux Olympiques. Pour célébrer cet anniversaire, Tokyo 2020 vous fait revivre les moments les plus incroyables et spectaculaires qui se sont déroulés il y a 56 ans. Dans cet épisode, revenons sur cette course imprévisible, terminée sur un écart infime entre le premier et dernier coureur.

Le contexte

Le cyclisme fait partie du programme olympique depuis les premiers Jeux modernes d'Athènes 1896.

L’écart entre gloire et défaite est souvent extrêmement faible, mais ce qui s’est passé à Tokyo en 1964 était vraiment remarquable.

Pour la course en ligne masculine, 139 athlètes de 37 pays devaient parcourir 194,832 km, dont grande partie de la course allait se dérouler sous une pluie battante.

Six jours avant la course du 22 octobre, la première épreuve cyclisme sur route a eu lieu, le contre-la-montre par équipes, qui a vu les Pays-Bas remporter l’or, l’Italie l’argent et la Suède le bronze. En conséquence, les cyclistes de ces pays étaient également censés être favoris dans la course sur route individuelle, mais avec uniquement des coureurs amateurs en compétition, il était difficile de prédire les gagnants.

Plusieurs coureurs sortaient du lot, dont l'Italien Felice Le Phoenix Grimondi, le Belge Walter Le Bulldog des Flandres Godefroot et son compatriote Eddy Le Cannibale Merckx.

Tokyo, JAPON - 22 octobre 1964 : L'Italien Mario Zanin (au centre) avec sa médaille d'or, et le Danois Kjell Rodian (à gauche) médaillé d'argent, et le Belge Walter Godefroot médaillé de bronze, après la course en ligne masculine de cyclisme sur route des Jeux Olympiques 1964.
Tokyo, JAPON - 22 octobre 1964 : L'Italien Mario Zanin (au centre) avec sa médaille d'or, et le Danois Kjell Rodian (à gauche) médaillé d'argent, et le Belge Walter Godefroot médaillé de bronze, après la course en ligne masculine de cyclisme sur route des Jeux Olympiques 1964.
Photo de Keystone/Hulton Archive/Getty Images

Tokyo 1964

En cyclisme sur route, il est courant de voir une échappée (un groupe de coureurs sortant du peloton) se créer, mais cela n'allait pas se passer comme ça à Tokyo 1964.

C'était tellement exceptionnel qu'il faut l'avoir vu pour le croire.

Le parcours des Jeux olympiques de Tokyo était assez inhabituel. Les échappées se produisent généralement sur les montées, mais seule une petite ascension de 65 m figurait sur le parcours de Tokyo 1964.

Certains cyclistes ont tenté de se détacher du peloton, mais ils n’ont pas réussi à maintenir leur avance. Le peloton était encore bien groupé et les coureurs échappés se sont fait rattrapés. Le sprint final allait donc déterminer le vainqueur.

Têtes baissées, poussant de toutes leurs forces sur leurs jambes, les coureurs en lice pour la première place se sont battus jusqu'au bout. Et après un sprint final haletant, l’or a été déterminé par moins d’un centième de seconde, avec 51 coureurs chronométrés dans le même temps : 4 h 39 min 51 s.

L’Italien Mario Zanin (4 h 39 min 51 s 63) a terminé la course en première position, suivi du Danois Kjell Rodian (4 h 39 min 51 s 65) et du Belge Walter Godefroot (4 h 39 min 51 s 74).

Mais la distance entre le médaillé d’or Zanin et la 99e place de l'Iranien Sayed Esmail Hosseini a été officiellement chronométrée à seulement deux dixièmes de seconde.

C’était la fin de course la plus serrée de l'histoire des Jeux Olympiques.

Mario Zanin à Tokyo 1964

La suite de l'histoire

Bien qu’il soit devenu champion olympique, Zanin n’a plus jamais atteint les mêmes sommets - ne remportant qu’une seule étape de la Vuelta (Tour d'Espagne) 1966. Rodian a pris sa retraite internationale après Tokyo 1964, ne participant ensuite qu'à des courses locales au Danemark.

Pendant ce temps, le médaillé de bronze Godefroot a remporté le maillot vert au Tour de France de 1970 et plusieurs courses importantes dont le Paris-Roubaix et le Tour des Flandres. Après sa retraite, il a continué à travailler dans le monde du cyclisme, devenant même directeur sportif d’une équipe professionnelle.

Mais pour trouver le cycliste qui allait avoir la carrière la plus réussie après les Jeux, il faut oublier le podium de 1964. Eddy Merckx, connu sous le nom de Cannibale, terminant 12e à Tokyo en 1964, est considéré comme l’un des plus grands coureurs cyclistes de tous les temps.

Il a remporté cinq Giro (Tour d’Italie), cinq Tours de France et la Vuelta en Espagne. Il détient également le record du plus grand nombre de victoires d’étapes sur le Tour (34) et c'est lui qui a remporté le plus grand nombre de Grands Tours (11) et le plus grand nombre de Championnats du monde (3).

Pour Tokyo 2020, le départ et l’arrivée ne sont pas au même endroit, et la course masculine couvrira 244 km. Le départ aura lieu au parc Musashinonomori et le parcours ne sera pas aussi plat que celui de Tokyo 1964. Un total de 4 865 m de dénivelé offrira de multiples possibilités d’échappée aux cyclistes.

Il est donc peu probable que nous assistions à un scénario similaire à l’improbable arrivée de Tokyo 1964.