L’unique médaille olympique : Obame veut continuer à écrire l’histoire du Gabon

Le Gabonais Anthony Obame célèbre sa victoire contre le Turc Bahri Tanrikulu en demi-finale de la compétition de taekwondo +80 kg des Jeux de Londres 2012, qui l’envoyait en finale olympique. Une première pour le Gabon.
Le Gabonais Anthony Obame célèbre sa victoire contre le Turc Bahri Tanrikulu en demi-finale de la compétition de taekwondo +80 kg des Jeux de Londres 2012, qui l’envoyait en finale olympique. Une première pour le Gabon.

Si gagner une médaille olympique est un objectif personnel pour des milliers d'athlètes, pour 24 nations, c'est un rêve qui ne s'est réalisé qu'une seule fois. Tokyo 2020 se penche sur ces glorieux moments et sur l'impact qu'ils ont eu sur la vie de ces athlètes.

Le contexte

Au départ, Anthony Obame pratiquait le basketball et le football. Ce n’est pas avant l’âge de 13 ans en 2001 que le Gabonais a commencé le taekwondo, dans la capitale Libreville, grâce à son père.

« Mon père a choisi le taekwondo. Je jouais au basket et au foot. J’ai dit à ma famille que je pouvais le faire » se rappelle-t-il au micro d’Olympic Channel. 

Il a déménagé en France en 2011 pour s’entraîner à haut niveau, car il n’y avait pas encore d’installations de qualité dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. 

« Je dois tout faire pour m’en aller car c’est impossible de m’entraîner au plus haut niveau dans mon pays » se souvient-il. « J’ai donc regardé les possibilités pour partir et commencer le véritable taekwondo. »

Son choix a impliqué de nombreux sacrifices, mais il n’ont pas été vains. Grâce à Anthony Obame, le Gabon, pays qui a participé à ses premiers Jeux Olympiques à Munich 1972, a remporté sa première médaille olympique à Londres 2012.

Le moment historique

Seulement 24 Gabonais participaient aux Jeux Olympiques de Londres 2012. Obame était aligné dans l’épreuve de taekwondo +80 kg. 

Il est arrivé dans la capitale anglaise avec une médaille de bronze remportée aux Championnats Africains 2010 et une médaille d’argent glanée aux Jeux Africains 2011. Il n’était jamais encore monté sur un podium mondial.

Même s’il n’était pas favori, il a fait son chemin jusqu’en finale où il a rencontré l’Italien Carlo Molfetta. 

Le combat était très serré et le score était de 9-9 à l’issue des trois rounds. Aucun point n’é été inscrit pendant le « Golden point », la manche mise en place en cas d’égalité pour départager les deux athlètes. La médaille d’or a donc été attribuée sur décision de l’arbitre.

Obame a remporté la médaille d’argent, la première et unique médaille gabonaise. 

« Les gens parlent du Gabon, mais ils ne connaissent pas ce pays. Ils disent ‘l’Africain, il est très bon. Il a écrit l’histoire pour son continent’ ».

Les conséquences

Après avoir remporté sa médaille, le rôle d’Obame a totalement changé dans son pays, qui ne compte que 2 millions d’habitants. 

« Je m’implique plus dans les activités sociales et aussi dans le sport, l’Anthony Obame de 2016 n’est plus le même que l’Anthony Obame de 2011. C’est quelque chose de géant d’écrire l’histoire de votre pays et d’être un modèle pour les jeunes. Aujourd’hui, je peux apporter mon soutien aux plus jeunes en amenant du matériel, en les motivant et en leur donnant la certitude qu’ils peuvent eux aussi réussir, même si nous venons d’un petit pays » explique-t-il à olympic.org

« Beaucoup de jeunes se sont mis au taekwondo, mais pas seulement. Ils sont maintenant beaucoup à être motivés pour connaitre la réussite, et ils ne le sont pas que par moi. Je ne suis qu’un exemple de plus avec ma médaille olympique et mon titre mondial. Je montre que l’on peut réussir même dans des circonstances difficiles. Il faut juste essayer, et par tous vos moyens, atteindre un certain niveau. C’est le message que je veux diffuser à travers le pays ».

Après sa médaille d’argent à Londres, Obame a suivi son coach Juan Antonio Ramos Sanchez en Espagne, où il s’y entraîne avec le champion olympique ivoirien Cheick Cissé. Il a ensuite remporté les Championnats du monde 2013.

Il était porte-drapeau à Rio 2016, mais il s’est fait éliminé au tour préliminaire. 

Il est dores et déjà qualifié pour Tokyo 2020, et veut écrire une nouvelle histoire.

« Nous n’avons qu’une seule médaille olympique. L’histoire a été écrite. Mais je veux continuer car je n’ai pas fini. Je veux remporter l’or. C’est pour cela que je continue. »

Anthony Obame, seul médaillé olympique du Gabon, « veut l’or » à Tokyo
02:06