L’unique médaille olympique : Majlinda Kelmendi a permis au Kosovo de rêver

Si gagner une médaille olympique est un objectif personnel pour des milliers d'athlètes, pour 24 nations, c'est un rêve qui ne s'est réalisé qu'une seule fois. Tokyo 2020 se penche sur ces glorieux moments et sur l'impact qu'ils ont eu sur la vie de ces athlètes.
Si gagner une médaille olympique est un objectif personnel pour des milliers d'athlètes, pour 24 nations, c'est un rêve qui ne s'est réalisé qu'une seule fois. Tokyo 2020 se penche sur ces glorieux moments et sur l'impact qu'ils ont eu sur la vie de ces athlètes.

Si gagner une médaille olympique est un objectif personnel pour des milliers d'athlètes, pour 24 nations, c'est un rêve qui ne s'est réalisé qu'une seule fois. Tokyo 2020 se penche sur ces glorieux moments et sur l'impact qu'ils ont eu sur la vie de ces athlètes.

Le contexte

Après l’éclatement de la Yougoslavie du début des années 1990 et la guerre subséquente, les athlètes kosovars n’étaient pas en mesure de participer aux Jeux Olympiques sous le drapeau de leur pays. Cette situation a changé après la 127e Session du CIO, le 9 décembre 2014.

Pendant cette session, le président Thomas Bach a annoncé que le Comité Olympique Kosovar ferait partie intégrante du CIO et de la famille olympique.

Un rêve devenu réalité pour tout les sportifs du Kosovo. Grâce à cette décision, cette nation a pu participer aux Jeux Olympiques de Rio 2016, où Majlinda Kelmendi a été étincelante.

Rio de Janeiro, BRÉSIL - 7 août 2016 : La judoka kosovare Majlinda Kelmendi, émue après sa médaille d’or remportée en judo (-52 kg) contre l’Italienne Odette Giuffrida lors des Jeux Olympiques de Rio 2016.
Rio de Janeiro, BRÉSIL - 7 août 2016 : La judoka kosovare Majlinda Kelmendi, émue après sa médaille d’or remportée en judo (-52 kg) contre l’Italienne Odette Giuffrida lors des Jeux Olympiques de Rio 2016.
Laurence Griffiths/Getty Images

Le moment historique

Avant son aventure brésilienne, la double championne du monde et quadruple championne d’Europe avait déjà participé à des Jeux Olympiques, à Londres 2012. Mais elle représentait l’Albanie. 

En Angleterre, c’est peut-être son manque d’expérience qui l’a écarté du podium, mais sa performance a été remarquable.

« Après Londres 2012, j’ai reçu plusieurs offres de pays très puissants. Des offres valant quelques millions de dollars » avait-elle confié à Olympic Channel. « Mais avec mon entraîneur, nous avons finalement décidé de rester au Kosovo, malgré les difficultés ».

Cette décision lui a permis de laisser une marque indélébile dans l’histoire olympique du Kosovo. 

Le 8 août 2016, un jour dont les Kosovars se rappelleront, Kelmendi a écrit l’histoire en remportant la médaille d’or en judo féminin (-52 kg) aux Jeux Olympiques de Rio, en battant l’Italienne Odette Giuffrida en finale.

C’était la première et unique médaille olympique du Kosovo.

« En finale, j’étais calme et convaincue de ma victoire » se rappelle Kelmendi. « La judoka italienne était une grande compétitrice, mais je l’avais déjà battu plusieurs fois et j’étais sur de remporter la victoire ». C’est bien ce qu’il s’est passé.

Rio de Janeiro, BRÉSIL - 7 août 2016 : La judoka kosovare Majlinda Kelmendi (en bleu) contre l’Italienne Odette Giuffrida lors de la finale olympique de judo des -52 kg, à Rio 2016.
Rio de Janeiro, BRÉSIL - 7 août 2016 : La judoka kosovare Majlinda Kelmendi (en bleu) contre l’Italienne Odette Giuffrida lors de la finale olympique de judo des -52 kg, à Rio 2016.
Pascal Le Segretain/Getty Images

Les conséquences 

Le succès de Kelmendi a donné de l’espoir au peuple kosovar, particulièrement à la jeune génération. 

La porte-drapeau du Kosovo des Jeux de Rio 2016 a expliqué avec émotion : « Le peuple kosovar me considère comme un héros. Je leur ai prouvé que s’ils voulaient quelque chose, il peuvent l’avoir. S’ils veulent devenir champion olympique, ils le peuvent. »

La reconnaissance de son exploit ne s’est pas terminée là. En février dernier, dans sa ville natale de Peja, une statue a été érigée en son honneur. 

Le président du Comité Olympique Kosovar Besim Hasani a souligné l’exemple que représente Kelmendi en déclarant : « Beaucoup de jeunes ont du talent dans les arts martiaux. La médaille d’or de Maljinda en a motivé plus d’un à poursuivre leur carrière. »

Kelmendi a eu un impact important dans son pays, en donnant de l’espoir et de la confiance au peuple de poursuivre ses rêves. Selon les mots de Hasani, « aucun athlète au Kosovo ne croit qu’un titre européen, mondial ou olympique n’est pas atteignable. »

La première médaille olympique du Kosovo a désormais été obtenue, mais y en aura-t-il de nouvelles à Tokyo 2020 ?

Comment la médaille de Majlinda Kelmendi a placé le Kosovo sur la carte
08:18