Kerri Strug : la gymnaste américaine ignore sa blessure et s'empare de l'or

L'Américaine Kerri Strug à la poutre lors de la compétition de gymnastique aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996.
L'Américaine Kerri Strug à la poutre lors de la compétition de gymnastique aux Jeux Olympiques d'Atlanta en 1996.

Les Jeux Olympiques regorgent de champions, de records et de merveilleuses histoires mais le plus grand événement sportif du monde a également été le théâtre de scènes très originales, étranges, émouvantes, tristes ou cocasses. Chaque semaine, nous vous sortons des archives l’une de nos meilleures histoires. Aujourd’hui, la gymnaste Kerri Strug, qui a décroché l'or à Atlanta 1996, dépassant la blessure et la douleur.

Le contexte

La première expérience de Kerri Strug aux Jeux Olympiques a eu lieu à Barcelone 1992. À l'âge de 14 ans, elle était la plus jeune athlète olympique de l'équipe des États-Unis. Elle s'est qualifiée un mois seulement avant les Jeux.

Lors des sélections olympiques, Strug est tombée pendant un exercice au sol, mais bien qu'elle pensait avoir ruiné ses chances de qualification, la gymnaste née en Arizona a été nommée quatrième membre de l'équipe des six athlètes.

La jeune Strug, qui avec ses 1,40 m avait une toute petite silhouette même parmi ses camarades gymnastes, a connu des Jeux Olympiques aussi réussis que décevants à Barcelone. Elle a remporté une médaille de bronze dans la compétition par équipes, mais elle n'a pas pu participer au concours général, car Kim Zmeskal avait pris la dernière place.

Un événement difficile à digérer.

Mais quatre ans plus tard, le souvenir de Barcelone s'avérera essentiel pour Strug, alors qu'elle était confrontée au plus grand défi de sa vie.

Le moment clé

« Pour moi, il y avait plus d'attentes parce que nous n'avons pas gagné la première fois », a déclaré Strug dans une interview accordée à NBC en 2016.

En 1996, Strug s'est qualifiée pour les Jeux Olympiques d'Atlanta dans une équipe de très haut niveau, affectueusement appelée les « Magnificent Seven ». Mais même si ces Jeux Olympiques étaient à domicile et que les États-Unis étaient en grande forme, leurs gymnastes n'avaient jamais remporté le concours par équipe. Les favoris étaient une fois de plus les membres de l'équipe Soviétique, qui avait remporté la médaille d'or à neuf reprises auparavant.

Mais alors que l'histoire était contre eux, l'équipe américaine était en tête alors que la compétition approchait de la fin en ce 23 juillet 1996.

Lors de la rotation finale, les États-Unis menaient au score de 0,897 points et il ne leur restait qu'une seule épreuve, le saut de cheval.

Les Américaines sont en phase de remporter leur toute première médaille d'or par équipe.

Peut-être était-ce dû à la pression, peut-être était-ce dû aux nerfs, mais avec quatre athlètes qui avaient déjà sauté, l'équipe américaine devait encore s'assurer la victoire. Mais quand ce fut au tour de Dominique Moceanu, 14 ans, de prendre le relais, les choses sont allées de mal en pis. Lors de ses deux tentatives de saut, la jeune gymnaste a chuté.

Avec ces erreurs, toute la pression était sur les épaules de Strug. Ses deux sauts feraient la différence entre l'or et l'argent pour l'équipe américaine.

Dès son premier saut, la catastrophe est arrivée. La gymnaste a atterri maladroitement et sa cheville a cédé. La douleur était palpable sur son visage. La foule aussi était en état de choc. Et tout le monde a cru que la compétition était terminée.

« Avons-nous besoin de ça ? » se demande-t-elle désespérément alors qu'elle est confrontée à l'idée qu'elle devra effectuer son dernier saut avec une cheville blessée. La réponse a été oui.

Ressentant clairement la douleur, Strug s'est élancée et sa performance allait déterminer la couleur de la médaille. Alors qu'elle fendait les airs, tous les yeux étaient tournés sur la réception. Lorsque ses pieds ont touché le sol, sa cheville a semblé vaciller sous l'impact du saut qui a secoué son corps.

Mais la gymnaste a levé les bras en signe de triomphe alors qu'elle grimaçait de douleur.

Elle l'avait fait. Strug a réussi sa réception et remporté l'or par équipes pour les États-Unis pour la première fois de l'histoire.

L'Américaine Kerri Strug s'accroche à sa cheville après s'être blessée lors de son premier essai en saut de cheval lors de la compétition de gymnastique par équipe aux Jeux Olympiques de 1996.
L'Américaine Kerri Strug s'accroche à sa cheville après s'être blessée lors de son premier essai en saut de cheval lors de la compétition de gymnastique par équipe aux Jeux Olympiques de 1996.
Photo de Mike Powell/Getty Images

La suite de l'histoire

Si un moment peut changer votre vie, c'est bien celui-ci.

Strug a fini les Jeux Olympiques en héroïne. La gymnaste est devenue une habituée des émissions de télévision et elle a même rencontré le président des États-Unis.

Mais en ce qui concerne la gymnastique, les choses étaient beaucoup plus compliquées. Elle a lutté pour maintenir la forme qui lui avait permis de remporter l'or à Atlanta et s'est rapidement retirée du sport de haut niveau.

Depuis lors, la gymnaste a connu une carrière variée qui va de l'enseignement en école primaire à la participation aux spectacles de patinage artistique de Disney.

Mais son moment doré aux Jeux d'Atlanta 1996 ne sera jamais oublié. Encore aujourdh'ui, il n'est pas rare de voir des jeunes filles américaines habillées en Kerri Strug, l'athlète qui a triomphé dans la douleur pour remporter une médaille olympique historique.