Kenenisa Bekele sur un record du monde du marathon en 2 h et son retour à Londres

Théssalonique, GRÈCE - 12 Septembre 2009: L'éthiopien Kenenisa Bekele remporte le 3000 mètres face à l'Américain Bernard Lagat lors de la finale des IAAF World Athletics.
Théssalonique, GRÈCE - 12 Septembre 2009: L'éthiopien Kenenisa Bekele remporte le 3000 mètres face à l'Américain Bernard Lagat lors de la finale des IAAF World Athletics.

Bekele sur le marathon de Londres reporté à octobre : « Courir contre Eliud Kipchoge... nous deux, bien préparés, je suis sûr qu'il se serait passé quelque chose ».

Kenenisa Bekele est retourné à Berlin en septembre 2019 pour se confronter des situations passées qui ne lui étaient pas familières.

En trois tentatives dans la capitale allemande, il était arrivé au triple champion olympique de ne pas remporter la victoire, voire même de ne pas finir le marathon.

C'était un fait déconcertant pour un homme qui est resté invaincu pendant huit ans sur 10 000 m, entre 2003 et 2011.

Retrouver le chemin de la victoire était plus que nécessaire sur ce parcours le parcours réputé comme le plus rapide du monde.

Et l'Éthiopien ne s'est pas manqué, en remportant son deuxième marathon de Berlin avec un nouveau record personnel en 2:01:41, le deuxième chrono le plus rapide de tous les temps.

Cette course l'a motivé.

Bekele croit maintenant qu'il peut encore améliorer son record personnel de plus d'une minute, et même abaisser le record du monde officiel à deux heures... une performance que son rival Eliud Kipchoge n'a réussi à battre que dans un environnement contrôlé avec une assistance qui ne serait pas autorisée dans une course officielle.

« Je suis sûr qu'il est possible de réaliser ce temps [deux heures] », a déclaré Bekele dans une interview exclusive avec Olympic Channel.

« Je peux courir plus vite que le record du monde, surement en moins de deux heures Tout dépend des conditions météorologiques et de la qualité du parcours ».

Kenenisa Bekele : ses records du monde

L'Éthiopien, qui détient les records du monde du 5 000 m et du 10 000 m, a dominé les épreuves d'athlétisme sur piste avant de passer à la route sur marathon en 2014.

Ses débuts en marathon à Paris ont été retentissants, puisqu'il a réalisé l'un des meilleurs temps de l'histoire en 2:05:04, ce qui reste le record de l'épreuve.

Par la suite, il a connu quelques difficultés.

Une quatrième place derrière le détenteur du record du monde Kipchoge à Chicago quelques mois plus tard, avant de prendre du temps de repos pour se remettre d'une blessure au tendon d'Achille.

Bekele a remporté le marathon de Berlin en 2016 et a ensuite été confronté à d'autres blessures.

« Pour moi, être compétitif pendant 15 ans, voire 20 ans, ce n'est pas facile. Très peu d'athlètes font ça », a-t-il déclaré à propos des moments difficiles de sa carrière de marathonien qui a ralenti.

« On peut être confronté à beaucoup de choses. Il peut s'agir d'une blessure. Il y a beaucoup d'obstacles, ce n'est pas facile. Surmonter tous ces obstacles et revenir rend ça spécial ».

Le coureur de 37 ans est en pleine forme depuis sa dernière course à Berlin, où il a « cruellement » raté le record du monde de seulement deux secondes en 2019.

Un souvenir indélébile qui le hante encore.

Je l'ai raté de quelques secondes... deux secondes. Rater le record du monde du marathon pour deux secondes... vous vous rendez compte, deux secondes? C'est dingue ! Ça fait mal.

« J'ai essayé, mais je n'avais pas prévu le record. Mon objectif était de réaliser mon meilleur chrono personnel ce jour-là. Je savais que le record du monde n'était pas facile, il était loin de mon record personnel. Je me suis juste concentré sur mon chrono ce jour-là ».

« Je ne me suis pas vraiment concentré sur le record. Je pense que c'est pour ça que je l'ai raté ».

« Peut-être que j'ai aussi fait des erreurs pendant la course. À deux kilomètres de l'arrivée, j'aurais dû me focaliser sur le record. Mais je ne l'ai pas fait ».

Il a couru à un rythme effréné à Berlin, améliorant son record personnel de plus d'une minute, grâce à un nouveau plan d'entraînement de l'entraîneur éthiopien Haji Adelo, avec qui il travaille depuis 2019.

Le record du monde menacé sur le marathon de Londres 2020 ?

L'homme qui a remporté 17 titres mondiaux en cross-country, sur piste et sur route, a envie d'effacer le record du monde manqué avec une nouvelle course rapide et une imposante victoire, car il est toujours au top de sa forme.

Il le voulait dès avril 2020.

Bekele était confiant de pouvoir atteindre le meilleur niveau de sa carrière de marathonien le 26 avril à Londres, lorsqu'il devait affronter le Kenyan Eliud Kipchoge, détenteur du record du monde officiel de 2:01:39.

Le champion olympique en titre est également devenu le premier coureur de l'histoire à terminer un marathon en moins de deux heures, avec un temps de 1:59:40 dans une épreuve non officielle.

Bekele a fini juste derrière Kipchoge dans les quatre courses ou ils se sont affrontés.

Dans sa carrière de marathonien, Kipchoge a remporté toutes ses courses sauf une.

Bekele pensait-il vraiment que Kipchoge pouvait être battu ?

« Bien sûr, pourquoi pas ? C'est un humain. Si quelqu'un est bien préparé et assez fort, pourquoi pas ? C'est une course. Vous ne pouvez pas vous donner, tout le temps, a 100% dans une compétition », a déclaré le coureur qui a privé Kipchoge du titre du 5000 m à Pékin 2008 sur un finish incroyable.

Le marathon de Londres a été reporté au 4 octobre. Mais Bekele ne peut pas s'empêcher de penser à ce qui aurait pu être une course mythique en avril.

Courir contre Eliud Kipchoge... nous deux, bien préparés,

je suis sûr qu'il se serait passé quelque chose.

« Je respecte Eliud Kipchoge. C'est un athlète puissant, très intelligent. Nous allons faire une bonne compétition. Si nous courrons ensemble cette année, je suis sûr que ce sera une belle, très belle course. Ce n'est pas si loin, cinq, six mois, c'est très court ».

Bekele s'entraîne toujours six jours par semaine dans son centre d'entraînement habituel dans la forêt de Sululta, juste à l'extérieur de la capitale Addis Abeba, mais il prévoit de prendre un congé ce dimanche [26 avril].

« Je me souviendrai de ce jour. Je prierai comme si j'étais censé courir ce jour-là, car nous sommes confiné à cause du virus COVID-19. C'est une période difficile dans le monde. J'espère aussi aider ceux qui manquent peut-être de moyens financiers ou qui ont d'autres problèmes. Beaucoup de gens se sont appauvris », a-t-il déclaré à Olympic Channel.

L'athlète le plus décoré des championnats du monde de cross-country, avec 12 titres individuels, possède un impressionnant portefeuille d'activités, qui s'étend sur des hôtels, des stations balnéaires et un centre d'entraînement sportif.

En plus de donner des fonds pour lutter contre la pandémie en Ethiopie, il a également proposé de transformer le centre sportif de Kenenisa en centre de traitement contre les coronavirus.

Un record du monde en moins deux heures?

Il ne s'agit pas seulement de battre le record du monde : le quintuple champion du monde veut son marathon en moins de heures.

« Pour l'instant, je me concentre uniquement sur l'allure du record du monde. »

« Bien sûr, il est difficile de dire qu'il est impossible de courir un marathon plus vite que ça », a-t-il ajouté, admettant qu'il était motivé par la course de Kipchoge à Vienne en octobre dernier.

Qu'est-ce qui rend ces deux hommes, tous deux managés par l'ancien athlète olympique néerlandais Jos Hermens, si exceptionnels ?

Si vous regardez nos résultats sur la durée, vous verrez que nous avons été très proches l'un de l'autre.

Nous en avons la capacité. Des courses sur piste aux marathons, tout cela nous différencie.

« Nous sommes champions sur piste sur le 5 000 m, le 10 000 m, aux Jeux Olympiques et aux Championnats du monde ».

« Maintenant, nous sommes des marathoniens rapides. Combien d'athlètes ont fait ça ? » a déclaré Bekele, dont le frère cadet, Tariku Bekele, médaillé de bronze aux Jeux Olympiques sur 10 000 m, est également un coureur de fond accompli.

Le choc Bekele-Kipchoge pourrait également être le point d'orgue du programme d'athlétisme des Jeux Olympiques de Tokyo.

On s'attend à ce que Kenenisa revienne aux Jeux Olympiques après son exclusion surprise par la fédération éthiopienne d'athlétisme pour Rio 2016.

« Un an, ce n'est pas long », a déclaré l'athlète aux trois participations olympiques à propos du report des Jeux à juillet 2021.

« J'espère pouvoir rester en bonne forme, rigoureux, car un an, c'est demain. Le plus important est de rester en bonne santé et de garder la forme ».

Par Olympic Channel