Journée internationale des gauchers : les athlètes en lice pour Tokyo 2020

La tenniswoman tchèque Petra Kvitova lors du quart de finale de l’Open d’Australie 2020 contre la locale Ashleigh Barty.
La tenniswoman tchèque Petra Kvitova lors du quart de finale de l’Open d’Australie 2020 contre la locale Ashleigh Barty.

Dans le sport, les gauchers qui excellent dans leur domaine ne manquent pas. Et être gaucher leur donne un avantage sur leurs adversaires.

Aujourd'hui, jeudi 13 août, c'est la Journée internationale des gauchers !

Pour célébrer cette journée, Tokyo 2020 se tourne sur ces athlètes qui pourraient prendre le dessus aux Jeux Olympiques de l'année prochaine.

Journée internationale des gauchers

Petra Kvitova

La numéro 12 mondiale est connue pour la puissance de son bras gauche dans le monde du tennis, mais sa carrière aurait pu s'arrêter net en décembre 2016, lorsque la jeune femme, alors âgée de 26 ans, a été blessée à la main gauche lorsqu'un intrus est entré chez elle.

Après quatre heures d'opération, Kvitova a pu à nouveau bouger ses doigts. Elle a déclaré que c'était « le plus beau cadeau de Noël que j'aurais pu souhaiter. »

Fait surprenant, deux ans plus tard, elle a fait un retour incroyable sur le devant de la scène en atteignant la finale de l'Open d'Australie 2019.

L'athlète de 30 ans a participé à la finale de l'Open du Qatar avant que le COVID-19 ne mette fin aux compétitions dans le monde entier. Depuis la levée du confinement en République tchèque, Kvitova a recommencé à s'entraîner et à jouer dans des tournois locaux.

Luc Abalo

L'un des gauchers les plus célèbres de l'équipe de France. Luc Abalo est double champion olympique de handball avec les Bleus (Pékin 2008 et Londres 2012), et tentera de remporter un troisième titre inédit à Tokyo 2020 si la France parvient à se qualifier lors du tournoi de qualification olympique (TQO).

À 35 ans, l'ailier droit avait prévu d'arrêter sa carrière en 2020 mais il a poursuivi son aventure en bleu d'un an. Il a rejoint le club norvégien d'Elverum Handball après huit saisons disputées au Paris Saint-Germain, avec sept titres nationaux remportés dans la capitale française.

Melvyn Richardson

Encore du hand français avec Melvyn Richardson, fils de Jackson, l'une des plus grandes stars du handball français. Agé de 23 ans, il trace sa propre voie et se fait peu à peu un place importante dans le collectif des Bleus.

Alors que son père était connu pour ses qualités défensives, Melvyn est connu pour ses attaques et ses tirs puissants du côté gauche. Il a également mené l'équipe de Montpellier - l'une des meilleures équipes de handball français - vers les titres européen et national en 2019.

Il sera surement à Tokyo 2020 l'année prochaine avec ses puissants tirs de la main gauche, si les Bleus parviennent à se sera qualifier pour les Jeux.

Mariel Zagunis

L'escrimeuse américaine Mariel Zagunis a réalisé de nombreux exploits aux Jeux Olympiques avec sa main gauche, d'abord à Athènes en 2004, lorsqu'elle est devenue la première Américaine à remporter l'or en escrime, puis à Pékin en 2008, où elle a répété l'exploit avec en plus des médailles dans les épreuves par équipes.

Ses coups de la main gauche, qu'elle a perfectionnés au fil de nombreuses années de travail acharné, seront à nouveau en vue l'année prochaine à Tokyo 2020, ses cinquièmes Jeux Olympiques.

« L'objectif est de décrocher l'or à Tokyo », a-t-elle déclaré lors d'un récent entretien avec la Fédération internationale d'escrime.

DING Ning

Capitaine de l'équipe féminine de tennis de table de la République populaire de Chine, Ding Ning est connue comme la « Reine des cœurs »;

Triple championne du monde, détentrice de trois titres de Coupe du monde féminine - son taux de victoire est de 100 % - et médaillée d'or à Rio 2016, elle a vraiment tout gagné.

Cependant, suite au report des Jeux Olympiques, Ding devra être au top de sa forme pendant encore 12 mois afin de faire partie de l'équipe de Tokyo 2020.

L'entraîneur en chef de l'équipe nationale féminine, Li Sun, a confié à Xinhua : « Le report des Jeux Olympiques de Tokyo a affecté la préparation de tout le monde, nous nous sommes entraînés pendant cinq mois, ce qui a eu un impact énorme sur nos vétérans. »

Tijana Boskovic

L'attaquante gauchère est considérée comme l'une des meilleures volleyeuses au monde. À 23 ans, elle a remporté deux titres consécutifs de championne d'Europe et a fait partie de l'équipe de Serbie qui a remporté l'or aux Championnats du monde de 2018.

La joueuse du club turc Eczacıbaşı Istanbul s'est confinée chez elle à Bileca, en Bosnie-Herzégovine, après la suspension de la saison en raison de la pandémie de COVID-19,

« J'ai beaucoup de temps libre, plus que je n'en ai jamais eu au cours des dix dernières années », a-t-elle déclaré à la fédération nationale de Serbie dans une interview en avril. « J'essaie de profiter au maximum de mes journées ici. »

Le meilleur de la nation hôte

Il n'y a pas que les athlètes mondiaux qui sont célèbres pour être gauchers. Le pays hôte des prochains Jeux Olympiques, le Japon, en compte également une bonne sélection.

En voici quelques-uns :

MOMOTA Kento

Momota Kento est double champion du monde de badminton (2018 et 2019). Il est n°1 mondial en simple masculin depuis septembre 2018.

On s'attend à ce que l'athlète remporte l'or aux Jeux Olympiques à domicile - malgré un accident récent.

« J'ai eu un accident de la route en Malaisie, mais maintenant je me remets et je m'entraîne pour la scène de mes rêves », a-t-il déclaré.

Le Japonais Momota Kento lors de la finale du simple masculin des Championnats du monde 2018 à Nanjing, en Chine.
Le Japonais Momota Kento lors de la finale du simple masculin des Championnats du monde 2018 à Nanjing, en Chine.
intao Zhang/Getty Images

MINOBE Kazuyasu

Au cours de la saison 2018-2019, Minobe Kazuyasu a remporté deux titres du Grand Prix de la FIE ainsi que la Coupe du monde en individuel. Sa performance au cours de la saison lui a permis d'atteindre la première place du classement mondial à l'épée 2018-19.

À Tokyo 2020, il vise des médailles en épée individuelle et en épée par équipe.

Rio de Janeiro, BRÉSIL - 9 août 2016 : Le Japonais Kazuyasu Minobe après le match contre l'Italien Marco Fichera à l'épée individuelle masculine aux Jeux Olympiques de Rio 2016.
Rio de Janeiro, BRÉSIL - 9 août 2016 : Le Japonais Kazuyasu Minobe après le match contre l'Italien Marco Fichera à l'épée individuelle masculine aux Jeux Olympiques de Rio 2016.
Photo de Dean Mouhtaropoulos/Getty Images

MIZUTANI Jun, NIWA Koki and ISHIKAWA Kasumi

Mizutani a remporté la première médaille olympique du Japon en tennis de table - le bronze - aux Jeux Olympiques de Rio 2016. Il a joué aux côtés de Niwa dans l'épreuve par équipes et ensemble (avec Maharu Yoshimura également), ils ont remporté l'argent.

Ishikawa était membre de l'équipe féminine qui a remporté deux médailles d'argent à Londres 2012 et le bronze à Rio 2016. Le Japon n'a jamais remporté de médaille olympique dans l'épreuve féminine en simple, mais avec les Jeux Olympiques à domicile à l'horizon, on s'attend de plus en plus à ce que ca change !

Zhengzhou, CHINE - 12 décembre 2019 : Ishikawa Kasumi en huitièmes de finale en simple au 2019 ITTF World Tour Grand.
Zhengzhou, CHINE - 12 décembre 2019 : Ishikawa Kasumi en huitièmes de finale en simple au 2019 ITTF World Tour Grand.
(c)ITTF

YAMADA Eri

La capitaine gauchère Yamada Eri a fait partie de l'équipe qui a remporté la médaille d'or à Pékin en 2008 et participera à la reprise du softball à Tokyo 2020.

Le vétéran OZAKI Nozomi et le novice de 19 ans GOTO Miu, qui feront leurs débuts aux Jeux Olympiques de Tokyo, sont également gauchers.

L'objectif du Japon est toujours le même qu'il y a 12 ans à Pékin 2008 : remporter l'or.

Pékin, CHINE - 21 août 2008 : (de gauche à droite) Satoko Mabuchi #25 et Eri Yamada #11 célèbrent la victoire 3-1 du Japon contre les États-Unis lors de la finale du softball aux Jeux Olympiques de Pékin 2008.
Pékin, CHINE - 21 août 2008 : (de gauche à droite) Satoko Mabuchi #25 et Eri Yamada #11 célèbrent la victoire 3-1 du Japon contre les États-Unis lors de la finale du softball aux Jeux Olympiques de Pékin 2008.
Photo de Jonathan Ferrey/Getty Images