Le Japon utilise la réalité virtuelle dans sa quête d’un deuxième titre olympique en softball

Beijing, CHINE - 21 août 2008 : Yukiko Ueno et ses partenaires de l'équipe de softball japonaise, victorieuse 3-1 contre les États-Unis en finale des Jeux Olympiques de Beijing 2008.
Beijing, CHINE - 21 août 2008 : Yukiko Ueno et ses partenaires de l'équipe de softball japonaise, victorieuse 3-1 contre les États-Unis en finale des Jeux Olympiques de Beijing 2008.

Déterminé à battre les États-Unis sur leur sol à Tokyo 2020, l'équipe de softball japonaise s’appuie sur la réalité virtuelle pour mener le pays vers la victoire aux Jeux.

Les championnes olympiques en titre de softball sont de nouveau sur les terrains d’entrainements. L'équipe Japonaise, avec notamment l'entraîneuse Utsugi Reika ,ont participé à un stage d’entraînement la semaine dernière après neuf mois de pause forcée par le coronavirus.

Le softball rejoindra le programme olympique à Tokyo 2020 après l'avoir quitté en 2008, et les espoirs d’une nouvelle médaille d’or pour les Japonaises sont dans tous les esprit. Les joueuses en sont bien conscientes. 

« Notre mission est de gagner une médaille d’or », a déclaré Ueno Yukiko aux journalistes depuis le stade de Yokohama, le site olympique de softball des Jeux de Tokyo 2020.

Pour atteindre cet objectif, le Japon s'est tourné vers des solutions dont il ne disposait pas pour Beijing 2008, quand le pays a battu les États-Unis pour remporter la médaille d’or.

Le nom de cette technologie : « Sports Brain Science Project »

Finale du softball | Pékin 2008
02:44:39

Quand le softball rencontre la réalité virtuelle

Depuis 2017, la Fédération japonaise de softball (JSA), en collaboration avec la société NTT Communication Science Laboratories, utilise la réalité virtuelle pour tenter de prendre un avantage sur ses adversaires.

Alors que la Japan Softball Association (JSA) avait utilisé une stratégie basée sur l’analyse de données, l'objectif de la médaille d'or a incité la fédération à passer au niveau supérieur.

Portant des casques de réalité virtuelle, les joueuses japonaises s’entrainent en utilisant les statistiques en temps réel de n'importe quel adversaire, y compris les États-Unis annoncés comme favori avec le Japon pour les Jeux de Tokyo 2020.

Il y a douze ans, à Beijing, le Japon a détrôné les États-Unis, qui détenaient les trois derniers titres olympiques, pour remporter leur première médaille d’or en softball.

« Nous avons toutes les informations sur les lanceuses américaines », a déclaré Yamaguchi Masumi, scientifique et chercheur pour NTT au quotidien Sports Nippon.

« Nous allons rassembler toutes ces informations à temps pour les Jeux ».

Chiba, JAPON - 10 août 2018 : La joueuse de softball japonaise Yukiko Ueno lors d'un match contre Porto Rico comptant pour les playoffs des Championnats du monde de softball 2018.
Chiba, JAPON - 10 août 2018 : La joueuse de softball japonaise Yukiko Ueno lors d'un match contre Porto Rico comptant pour les playoffs des Championnats du monde de softball 2018.
Photo de Takashi Aoyama/Getty Images

« Il s’agit d’une occasion unique »

La technologie est extrêmement précise grâce aux informations et aux analyses fournies par le Centre de recherche sur la haute performance sportive japonais, la structure d'entraînement de haut niveau au Japon.

En 2019, les chercheurs ont passé 50 jours avec l’équipe nationale pour convertir des données en performance sur le terrain, comme l'explique le site Kyodo News.

Avec l’utilisation de plusieurs caméras à haute vitesse, le laboratoire a été en mesure de recréer virtuellement certains détails comme les mouvements de la batte et la vitesse de lancer des balles.

La réalité virtuelle s’avère également pratique pendant cette pandémie mondiale, où l'occasion d'affronter ses adversaires se fait rare. 

Même si rien ne vaut les véritables matchs, ce projet a permis aux joueuses de rester concentrées sur leurs prochaines adversaires – même dans un monde virtuel.

« Le lanceur a l’air d’être juste devant vous », a déclaré la capitaine Japonaise Yamada Eri à Sports Nippon.

« La trajectoire est comme on pourrait s’y attendre et on se sent comme dans un vrai match. »

Kashino Makio, qui dirige le projet, a déclaré qu’il serait extrêmement heureux si le Japon parvenait à défendre son titre olympique grâce à l’utilisation de cette technologie.

« Il s’agit d’une occasion unique », a déclaré Kashino. « Si nous pouvons contribuer à une médaille d’or pour Tokyo 2020, ce serait une immense joie. »

Le premier match de softball de Tokyo 2020 verra le Japon affronter l’Australie à Fukushima, deux jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux du 23 juillet au 8 août.

La finale a lieu le 27 juillet à Yokohama.