Équipe d’Israël de baseball : du rêve à l’olympisme

L’équipe de baseball d’Israël célèbre sa qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 après avoir battu l’Afrique du Sud (11-1).
L’équipe de baseball d’Israël célèbre sa qualification pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 après avoir battu l’Afrique du Sud (11-1).

Comparée à l’équipe jamaïcaine de bobsleigh des Jeux Olympiques de Calgary 1988, et donc à des outsiders au milieu de poids lourds e la discipline, l’équipe d’Israël est prête à affronter le monde entier l’année prochaine.

Quand Peter Kurz s’est entretenu avec le Comité National Olympique d’Israël en 2018, l’ancien président de l’Association israélienne de baseball (IAB) a fait part de son plan pour parvenir à une qualification de l’équipe nationale aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

« Je leur ai dit que nous devions absolument participer à ces tournois, et que j’étais en train d’essayer de faire venir quelques personnes en Israël pour renforcer l’équipe », explique Kurz, actuellement directeur général de l’équipe israélienne de baseball. « Ils me regardaient et hochaient la tête en disant : “oui, bien sûr, vous êtes un rêveur.” »

« Beaucoup de gens ont pensé que j’étais en train de rêver. »

Et de fait, deux ans auparavant, après une belle performance au World Baseball Classic 2017, Kurz avait mis au point une feuille de route détaillant exactement comment l’équipe israélienne allait se qualifier aux Jeux Olympiques.

« On s’est assis à une table, le manager de l’époque et moi, et je lui ai présenté tout le scénario. Il m’a regardé et il m’a dit que j’étais fou, mais qu’il était avec moi », se souvient-il.

Si bien que deux ans après, en septembre 2019, Israël était la seconde nation à se qualifier pour Tokyo 2020, juste derrière les hôtes japonais.

Ce sera la première fois depuis la participation de l’équipe de football d’Israël à Montréal 1976 qu’une équipe de sport collectif représentera le pays aux Jeux Olympiques. Cela signifie également que la délégation israélienne présente à Tokyo sera la plus grande jamais envoyée.

Et elle ne viendra pas à Tokyo juste pour remplir le quota de places. Avec une population de 8,7 millions de personnes, dont seulement 1000 joueurs de baseball, Israël vient avec l’intention de gagner une médaille.

Défier les pronostics

L’histoire de l’équipe olympique de baseball d’Israël est de celles qui défient tous les pronostics.

Son chemin vers la qualification olympique a démarré tout en bas de l’échelle. D’abord, l’équipe est sortie victorieuse de son groupe (2) au Championnat d’Europe 2019 de niveau B (compétition qualificative pour le Championnat d’Europe 2019 de niveau A), sans perdre un seul match.

Puis, elle a fait face au vainqueur du groupe 1, la Lituanie, qui ne compte qu’un seul terrain de baseball : au milieu d’un hippodrome. Ce play-off se disputait en trois rencontres. Ce fut à nouveau une victoire. L’Israël s’est donc qualifiée pour le Championnat d’Europe 2019, qui avait lieu six semaines plus tard en Allemagne.

« Ce n’était pas facile d’aller là-bas... C’était lourd de sens pour nous », explique Kurz, alors que parmi les grands-parents de certains joueurs, certains ont survécu à l’Holocauste. « Mais nous avons fait un excellent tournoi. »

Leur quatrième place à cet évènement leur a permis de participer au Tournoi de qualification olympique (TQO) zone Afrique/Europe. Quelques jours plus tard, les voilà donc en route pour l’Italie pour tenter de décrocher une place pour Tokyo 2020.

Là-bas, ils ont éliminé les trois meilleures équipes européennes, dont les Pays-Bas, non seulement favoris du tournoi mais aussi champions olympiques à Pékin 2008, se rapprochant encore un peu plus du rêve olympique. Il ne restait donc plus que deux matchs, bien qu’une seule victoire pouvait suffire à leur assurer leur ticket pour Tokyo.

« J’en avais les larmes aux yeux. C’était juste incroyable d’être l’équipe européenne qui se qualifie pour les Jeux Olympiques », raconte Kurz.

« Et même, la première équipe à se qualifier tout court. C’est un accomplissement extraordinaire quand on regarde d’où nous sommes partis et où nous sommes arrivés. »

Financer le rêve olympique

Bien que le Comité National Olympique d’Israël ait pris en charge une partie des fonds nécessaires à l’équipe de baseball nationale, l’IAB a dû réunir la partie restante.

« Nous ne recevrons pas d’aide du gouvernement avant de décrocher une médaille », explique Kurz. « Donc tout ce que nous avons fait, nous avons dû le financer nous-mêmes. »

« Je ne veux même pas imaginer ce qui se serait passé si nous n’avions pas pu réunir cet argent. »

Avec les Jeux Olympiques qui se profilent, la collecte de fonds continue. Le Comité National Olympique d’Israël aide à la rémunération des joueurs jusqu’à Tokyo, mais l’équipe devra financer elle-même les camps d’entraînement qu’elle souhaite faire aux États-Unis et au Japon avant les Jeux.

De la vente de maillots dédicacés en passant par des dîners de financement, tout est fait pour être sûr que l’équipe sera non seulement préparée au mieux pour cet évènement historique, mais aussi pour assurer un avenir au baseball en Israël.

Israel celebrates key victory over Italy at the Baseball European Africa Qualifier
Israel celebrates key victory over Italy at the Baseball European Africa Qualifier
Credit: WBSC

Israël est prête à surprendre

Le manager de l’équipe japonaise INABA Atsunori se « méfie » de l’équipe d’Israë. Il a également ajouté qu’elle était d’un niveau « plutôt élevé », après l’avoir observée pendant le tournoi de qualifications olympiques zone Afrique/Europe en septembre 2019.

« C’est incroyable d’entendre l’entraîneur japonais dire qu’il se méfie de nous. C’est un immense compliment et nous en sommes honorés. Bien sûr, nous aussi nous nous méfions d’eux », déclare Kurz.

À la différence d’Israël, le baseball est un sport prédominant au Japon. L’équipe japonaise est classée no 1 dans le monde et ce pays compte environ 7,3 millions de joueurs, en plus d’être toujours rentré des Jeux Olympiques avec une médaille, à une exception près.

« Battre l’équipe japonaise sera sans aucun doute notre plus grand défi. J’espère que nous n’aurons pas à les affronter avant la finale », explique Kurz.

« Nous sommes inquiets à l’idée de les affronter eux, mais aussi toutes les autres équipes. Je nous vois comme des outsiders dont il est impossible de prévoir les accomplissements aux Jeux Olympiques, et cette idée nous plaît. »

Du point de vue théorique, Israël a 50 % de chances de gagner une médaille.

Seulement 6 équipes se disputeront le podium lorsque le baseball fera son retour au programme olympique après en avoir été écarté à Londres 2012 et Rio 2016. Toutefois, pour Israël, classée au 18e rang mondial, remporter une médaille pourrait permettre de développer la discipline dans le pays.

Là-bas, le football et le basketball règnent en maîtres, mais il y a bon espoir que cette participation à Tokyo 2020 l’année prochaine permettra à ce sport de mieux se faire connaître.

« Nous pensons vraiment être capables d’arriver sur le podium. C’est ça notre objectif : se battre pour une médaille », déclare Kurz.

C’est très important pour nous de gagner une médaille pour le développement du baseball.

Avec l’actuelle construction d’un terrain à Biet Shemesh, ainsi qu’à Ra’anana prochainement, Israël espère voir 2000 enfants et adultes rejoindre la discipline après les Jeux Olympiques.

« Comme le dit cette vieille expression : “si vous le construisez, ils viendront !” », constate Kurz.

« C’est très vrai. Quand il y a des terrains, les enfants viennent plus. Et avec la publicité que seront pour nous les Jeux Olympiques, où nous voulons décrocher une médaille, quand nous y parviendrons, ça sera fantastique car les Israéliens adorent tout ce qui est en lien avec les Jeux. »

Israël n’a jamais remporté de médaille olympique en sport collectif, mais lorsque les Jeux débuteront en juillet prochain, tout sera possible.