Isles et Baker, flèches du rugby à 7 US

Rio de Janeiro, BRÉSIL – 10 août 2016 : Perry Baker et Carlin Isles pendant le match contre les Fidjis lors des Jeux Olympiques de Rio 2016.
Rio de Janeiro, BRÉSIL – 10 août 2016 : Perry Baker et Carlin Isles pendant le match contre les Fidjis lors des Jeux Olympiques de Rio 2016.

La rivalité entre ces deux excellents joueurs a propulsé les États-Unis au rang de sérieux prétendants au titre olympique à Tokyo 2020.

Carlin Isles et Perry Baker sont probablement deux premières des superstars du rugby à 7. Une certitude, ce sont les deux joueurs les plus rapides du circuit international, la World Rugby Sevens Series. Tous ceux qui les ont vu à l'oeuvre sont en général bouche bée devant leur vélocité et leur adresse, et ce depuis huit saisons pour Carlin Isles et six pour Perry Baker.

À chaque percée de l'un des deux Américains, l'impression visuelle de défenseurs coincés dans les starting-block est flagrante et un essai de 80 mètres inscrit est devenu presque banal. Leur carrière sportive est arrivée à un tel niveau que les deux joueurs se sont vus proposer des contrats par la NFL, la Ligue nationale de fooball américain. Récemment tous les deux ont atteint la barre des 200 essais, lors du tournoi de rugby à 7 USA Sevens, l'étape américaine la World Rugby Sevens Series.

Ambitieux, tous les deux comptent bien détenir le record du nombre d'essais marqués pour les États-Unis. Isles est le plus rapide des deux, mais Bake a été récompensé du titre de meilleur joueur de rugby à 7 du monde par la World Rugby, prouvant qu'il est non seulement très véloce mais aussi un joueur très habile.

Leur rivalité amicale, associée à un entraînement de pointe a propulsé l'équipe des Aigles américains au top du classement mondial de rugby à 7.

L'esprit d'équipe avant tout

Quand l'Anglais Mike Friday a pris les rênes des États-Unis en 2014, son équipe avait rarement tutoyé les podiums. Isles et Baker, certes déjà talentueux, ne faisaient pas encore partie de l'équipe-type.

Mais tout a changé. Mike Friday a commencé à utiliser ses deux flèches à tour de rôle, pour ne laisser aucun répit aux défenses adverses. Parallèlement, les deux hommes ont énormément progressé en rugby pur. De fait, les Américains ont progressivement commencé à monter sur les podiums des compétitions internationales.

« C'est génial d'avoir ces deux joueurs dans notre équipe, ils sont bien plus que de simples sprinteurs », a déclaré Friday au micro d'ESPN à propos de ses deux joueurs qui n'ont finalement pas cédé aux sirènes de la NFL, pour poursuivre leur carrière dans le rugby à 7.

Un duo qui fonctionne

En 2018-2019, l'équipe des États-Unis a été en tête du classement mondial pendant quasiment toute la saison, seule,ent dépassé par les ogres de la discipline et champions olympiques en titre, les Fidjiens. Le duo américain est l'atout-maître de l'équipe des États-Unis, qui fera partie des favoris pour une médaille à Tokyo.

« Ce sont des joueurs de rugby exceptionnellement rapides. Nous les surnommons tweedledee et tweedledum, les frères Chuckle (en référence à des comédies britanniques, NDLR) ou les chevaux en fonction de leur performance », a poursuivi Friday.

« Ils travaillent constamment à s'améliorer et les défenses changent leur système pour empêcher Perry et Carlin de marquer. Ils doivent donc continuellement évoluer pour maintenir leur domination sur les défenses, et ils en sont conscients. »

Leur dernière chance de médaille aux Jeux Olympiques

Les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 seront probablement leur dernière opportunité de jouer ensemble lors des JO.

À 30 ans, ce n'est pas impossible de voir Carlin Isles à Paris 2024 mais pour Perry Baker, âgé de 33 ans, cela paraît plus compliqué.

L'Équipe des États-Unis est dans la meilleure dynamique depuis que le rugby à 7 est olympique, la médaille d'or est (peut-être) à portée de main. Ce qui aiderait sans aucun doute à populariser ce sport aux USA, pour le moment encore au stade du développement.

Mais déjà, ces deux grands champions ont inspiré toute une génération et influencé de nombreux petits sprinteurs à se diriger vers le rugby à 7 plutôt que le football américain.