Inspirer les jeunes Tongiens, la mission de Malia Paseka

Malia Paseka a remporté l'or au Tournoi de qualification olympique en 67kg et remporté son billet pour Tokyo 2020.
Malia Paseka a remporté l'or au Tournoi de qualification olympique en 67kg et remporté son billet pour Tokyo 2020.

Lorsque Malia Paseka se rendra dans le temple japonais des arts martiaux l'été prochain, elle sera la toute première taekwondoïste des Tonga à participer à des Jeux Olympiques.

En février dernier, Malia Paseka a obtenu son ticket pour Tokyo 2020 après avoir remporté l'or dans la catégorie féminine des -67 kg lors du tournoi de qualification olympique (TQO) sur la Gold Coast australienne.

« C'est un grand honneur et pour être honnête, j'avais tellement de sentiments en moi que je ne pouvais pas exprimer à quel point je suis heureuse et reconnaissante de représenter mon pays aux Jeux Olympiques », a-t-elle déclaré à Tokyo 2020.

Cette qualification l'a fait rejoindre l'élite de sa nation, étant la neuvième femme Tongienne à représenter l'île du Pacifique aux Jeux Olympiques.

Même son compatriote Pita Taufatofua, membre de l'équipe des Tonga aux Jeux Olympiques d'hiver et d'été, a félicité la jeune athlète.

« Maintenant, nous avons aussi une femme pour nous représenter, c'est très important pour nous, non seulement aux Tonga mais aussi dans le Pacifique », a-t-il déclaré à Radio New Zealand après les qualifications.

« Avoir une femme pour nous représenter me rend tellement heureux », a-t-il déclaré. « C'est un rêve devenu réalité de voir une femme [Tongienne] se qualifier au taekwondo. »

Malia Paseka fait partie des deux taekwondoïstes tongiens à se qualifier pour Tokyo 2020.
Malia Paseka fait partie des deux taekwondoïstes tongiens à se qualifier pour Tokyo 2020.
World Taekwondo

Paseka a débuter le taekwondo à l'âge de 11 ans. C'est son frère qui l'a incité à s'y intéresser, s'entraînant déjà tous les jours sous l'oeil de Paseka. L'entraîneur lui a demandé si elle voulait participer.

Et sa réponse n'est un secret pour personne. La jeune athlète aujourd'hui âgée de 19 ans, admet qu'il y a une autre raison pour laquelle elle a décidé de devenir taekwondoïste.

« Dès le début, ce qui m'a plu, c'est l'uniforme », dit-elle en riant. « J'adorais l'uniforme, ainsi que les coups de pied et de poing. »

« J'ai toujours voulu apprendre l'autodéfense. »

Bien que ce ne soit pas facile de pratiquer le taekwondo en compétition sur une île au milieu de l'océan Pacifique - Paseka n'a qu'une poignée de matchs à son actif - elle veut continuer à poursuivre son rêve grâce à ce que ce sport lui a appris.

« Il y a tellement de choses [que le taekwondo m'a enseigné] que je ne peux pas toutes les expliquer. Mais les choses les plus importantes que j'ai apprises sont l'autodiscipline et l'autodéfense », dit-elle.

« J'aime le taekwondo, et c'est un de mes rêves. J'ai choisi de ne pas arrêter parce que ça a changé ma vie et j'ai beaucoup appris. »

Une volonté d'inspirer les jeunes Tongiens

Il ne fait aucun doute que l'histoire de Paseka et son épopée aux Jeux Olympiques de Tokyo en 2020 inspireront d'autres jeunes athlètes féminines des îles Tonga à réaliser leurs rêves.

« J'espère vraiment inspirer les jeunes Tongiennes ainsi que de nombreuses jeunes femmes du Pacifique, non seulement à pratiquer le taekwondo mais aussi n'importe quel sport », a-t-elle déclaré.

« Je souhaite motiver et inspirer les jeunes femmes à vivre leurs rêves et à utiliser leurs talents. Je souhaite et je prie pour que les jeunes femmes s'intéressent au sport et utilisent leurs talents. »

Le sport féminin en est encore au stade de développement aux Tonga, mais en tant qu'athlète, Paseka se considère non seulement comme une source d'inspiration mais aussi comme un modèle pour toutes les Tongiennes.

« C'est vraiment important pour moi, surtout quand on connaît la génération actuelle », a expliqué la jeune taekwondoïste. « J'ai grandi ici et j'ai vu comment ces filles sont maltraitées, physiquement. »

« Donc, pour moi, j'essaie d'inspirer les jeunes femmes à être toujours fortes, à se battre pour leurs rêves et à vivre leur vie du mieux qu'elles peuvent. »

Lors d'un récent événement organisé par l'Association des sports de Tonga et le Comité National Olympique pour célébrer la Journée olympique, Paseka a prononcé un discours pour inspirer non seulement la jeunesse tongienne mais aussi les futurs olympiens.

« Utilisez votre talent », a-t-elle déclaré. « Ne vous souciez pas de votre taille, c'est la taille de votre cœur qui compte vraiment. Gagner ne signifie pas toujours être le premier, mais peut-être faire mieux qu'avant.

« Surtout, ne laissez personne vous dire qui ou ce que vous êtes, et ce que vous pouvez être. Décidez de ce que vous voulez être. »

Malia Paseka et son compatriote Pita Taufatofua.
Malia Paseka et son compatriote Pita Taufatofua.
Photo fournie par l'athlète

Voir toujours plus grand

Paseka fera ses débuts aux Jeux Olympiques à Tokyo l'été prochain, et elle vise la médaille d'or.

« Je veux faire de mon mieux pour obtenir la médaille d'or à Tokyo », a déclaré Paseka.

L'année dernière, elle a remporté le bronze chez les femmes en -62 kg et l'or par équipe aux Jeux du Pacifique à Samoa, ce qui a lancé son parcours et son aventure vers la qualification olympique.

« C'était un jour très spécial », se souvient-elle. « C'était la première fois que je participais à des Jeux du Pacifique et que je gagnais une médaille pour mon pays. Je ne peux pas expliquer à quel point ce moment était spécial. »

Cependant, le simple fait de pouvoir porter le drapeau des Tonga sur sa poitrine et de représenter le pays qu'elle est fière d'appeler sa maison, est un honneur pour la jeune athlète.

« Représenter son pays est le plus beau sentiment que l'on puisse avoir », a expliqué Paseka.

« Je sais qu'il y a beaucoup de gens et de jeunes qui s'entraînent. Pour moi, c'est vraiment un honneur. Je veux vraiment exprimer à quel point je suis reconnaissante de porter les couleurs de mon pays.

« Je suis vraiment heureuse. »