Ils se sont blessés à Rio 2016 et se préparent pour Tokyo 2020

Samir Ait Said of France celebrates after his routine in Men's Rings Final during the 49th FIG Artistic Gymnastics World Championships in 2019 (Photo by Laurence Griffiths/Getty Images)
Samir Ait Said of France celebrates after his routine in Men's Rings Final during the 49th FIG Artistic Gymnastics World Championships in 2019 (Photo by Laurence Griffiths/Getty Images)

Les athlètes blessés à Rio préparent leur retour. Seront-ils à la hauteur pour Tokyo 2020 ?

Lorsqu'il s'agit de décrocher cette médaille d'or tant convoitée, les athlètes se donnent beaucoup de mal pour réussir. Certains triomphent et sont couronnés de succès, mais d'autres doivent faire face à la terrible épreuve qu'est la défaite.

À Rio 2016, ces athlètes ont subi des accidents et des blessures. Ils ont ainsi vu leur rêve olympique s'échapper.

Mais ces athlètes sont de retour et n'ont jamais abandonné le sport. Ils ont maintenant un seul objectif en tête : décrocher cette médaille d'or aux Jeux Olympiques de l'année prochaine.

Samir Aït Saïd, gymnaste français

Samir Aït Saïd a manqué sa chance à Londres 2012 après s'être fracturé le tibia droit lors de l'épreuve de saut de cheval des championnats d'Europe. Le gymnaste espérait réaliser une bonne performance à Rio 2016.

Mais c'était sans compter ce deuxième épisode malchanceux lorsque sa jambe s'est fracturée sur une réception de saut au Brésil, toujours en saut de cheval. Aït Saïd est tombé au sol, le tibia retourné à 180 degrés. Sa participation aux Jeux Olympiques avortée, les médecins l'ont prévenu qu'il ne pourrait pas marcher pendant au moins quatre mois.

Un an plus tard, Aït Saïd était de retour et tentait déjà des sauts périlleux.

En se remémorant ce jour fatidique, Aït Saïd a raconté à l'Équipe : « C'était mon destin, c'est comme ça. »

« Il y a pire dans la vie. Je suis en bonne santé, c’est le principal. Il faut remettre la situation dans son contexte. »

En octobre 2019, Aït Saïd a remporté le bronze en finale des anneaux aux Championnats du monde de gymnastique à Stuttgart. Cela lui a permis de se qualifier pour Tokyo 2020.

« J'ai besoin de me reposer », disait-il, « car ce qui m'attend est très, très dur. Je vais travailler dur pour aller chercher ce titre aux Jeux Olympiques. »

Pour le moment, Aït Saïd se concentre sur sa vie de famille et se remet également à la gymnastique, se préparant à revenir au sommet pour Tokyo 2020.

Richie Porte, cycliste australien

Il a fait ses débuts olympiques à Rio 2016 avec de réelles chances de remporter une médaille après une grande saison 2016.

Mais dès le premier jour de compétition, Porte a chuté avec plusieurs coureurs lors de la descente de Vista Chinesa. Il s'est fracturé l'omoplate et a dû être transporté dans un hôpital de Rio. Porte a vu sa participation aux Jeux Olympiques s'arrêter alors qu'il devait également courir le contre-la-montre.

Un an après son expérience décevante à Rio, Porte a repris du poil de la bête en terminant 12e au classement individuel du World Tour. En 2019, il s'est classé 10e du Tour de France.

Aujourd'hui, Porte se concentre sur les Jeux de Tokyo 2020, même s'il ne fait pas encore partie de l'équipe nationale.

« C'est une année olympique et je veux être sur la ligne de départ à Tokyo », a-t-il déclaré au journal The Examiner en début d'année. « C'est une grande motivation pour moi. »

Avec le report des Jeux en raison du COVID-19, Porte a passé du temps à son domicile européen à Monaco. Il a commencé à préparer sa 10ème participation au Tour de France, reportée au mois d'août.

D'autres cyclistes ont également été victimes du même accident sur ce tronçon de route de Rio 2016. L'Italien Vincenzo Nibali s'est retrouvé avec la clavicule fracturée, tandis que le Colombien Sergio Henao s'est fracturé une partie du bassin. Il a subi un traumatisme thoracique. Le Britannique Geraint Thomas a également chuté dans la descente finale, mais sans blessures graves. Il a pu remonter sur son vélo pour terminer la course, mais n'a malheureusement pas réussi à décrocher une médaille.

Javier Gomez Noya, triathlète espagnol

Le quintuple champion du monde a dû se retirer de Rio 2016 après s'être fracturé le bras gauche dans un accident de vélo.

Noya étant hors course, les frères Britanniques Brownlee - les principaux rivaux de Noya - se sont partagés les médailles entre eux. Alistair a remporté la médaille d'or tandis que Jonny a suivi avec une médaille d'argent.

Manquer les Jeux de Rio 2016 a été « l'un des moments les plus difficiles de sa carrière sportive », selon Noya. Le champion d'Europe et médaillé d'argent de Londres 2012 était l'un des favoris pour décrocher l'or à Rio.

En 2019, Noya était de retour et en pleine forme. Il a remporté le Championnat du monde de triathlon longue distance dans sa ville natale de Pontevedra, puis il a gagné l'Ironman de Malaisie, où il a annoncé son intention de se concentrer sur Tokyo 2020.

Même lorsque l'Espagne était confinée, Noya avait tout pris en main.

« Les dernières semaines de confinement ont été pour moi comme une saison de repos. J'ai laissé mon corps récupérer, se recharger et revenir à zéro, pour se remettre au niveau d'ici la fin de l'année », a-t-il déclaré sur Instagram.

Il a également annoncé son calendrier de compétitions pour 2020 et arrêtera l'Ironman pour se concentrer sur Tokyo 2020.

S'adressant à La Voz de Galicia, Noya a déclaré : « Se présenter à deux compétitions (Tokyo 2020 et un Ironman) est compliqué. J'aimerais me concentrer sur les Jeux. Je veux faire de la longue distance parce que c'est ce que j'aime, mais pour le moment, je n'ai que Tokyo en tête.»

View this post on Instagram

A lot of uncertainty about races in the near future, but it’s good to keep focused on the process. I heard that it’s hard for the athletes to keep motivated without goals. Well, improve, get better as athletes... It is a simple goal but at the same time a very hard one to achieve. Work on that! And it will pay off when the races eventually happen. . Hay mucha incertidumbre acerca de carreras importantes en un futuro próximo, pero es bueno mantenerse concentrado en el proceso y trabajar para mejorar pequeñas cosas. He oído que a los atletas les cuesta mantener la motivación sin carreras a la vista. Bueno, tratad de mejorar, trabajad para ser mejores atletas. Algo simple pero a la vez muy difícil de conseguir y que requiere mucho trabajo. Se verá reflejado en las carreras, cuando las haya.

A post shared by Javier Gómez Noya (@jgomeznoya) on

Sarah Menezes, judokate brésilienne

Elle a été la première Brésilienne à remporter une médaille d'or en judo. C'était à Londres en 2012. Avec des Jeux se déroulant à domicile, le public Brésilien avait bon espoir qu'elle réitère sa performance victorieuse à Rio.

Mais les choses ne se sont pas déroulées comme prévu. Au premier tour, elle s'est inclinée face à la Cubaine Dayaris Mestre Alvarez, 17e au classement, et en quart de finale, elle a reçu un coup fatal lorsque la Mongole Urantsetseg Munkhba l'a immobilisé avec une clé de bras, provoquant une luxation du coude. Battue et blessée, Menezes a dû être transportée à l'hôpital du village olympique tout de suite après.

Bien qu'elle soit rentrée les mains vides, Menezes s'est remise de cette défaite aux Jeux en remportant une médaille d'argent au Grand Prix de Cancun en 2017, suivie d'une médaille de bronze au Grand Prix de Tbilissi et d'Antalya en 2018.

Cette année, comme le Brésil a imposé certaines restrictions pour les événements sportifs, Menezes sera au Portugal en juillet et août avec l'équipe de judo brésilienne qui se préparera pour les Jeux Olympiques.

Menezes sera-t-elle présente a Tokyo pour remporter une médaille ?

View this post on Instagram

Finalizando o treino de hoje 😛

A post shared by Sarah Menezes (@menezessarah) on

Annemiek van Vleuten, cycliste néerlandaise

Elle était en tête de la course lorsqu'elle a chuté, tête la première, sur la route. Elle n'était qu'à 10 km de la ligne d'arrivée.

Van Vleuten a dû être envoyée à l'hôpital après avoir subi une commotion cérébrale et trois fissures de la colonne vertébrale.

« Je suis maintenant à l'hôpital avec quelques blessures et fractures mais je vais m'en sortir. Je suis surtout très déçue après la meilleure course de ma carrière », avait twitté Van Vleuten.

C'est sa compatriote Anna van Breggen qui est reparti avec l'or autour du cou.

À peine un an plus tard, van Vleuten avait retrouvé la forme. Elle est devenue double championne du monde de contre-la-montre après avoir remporté deux compétitions de l'UCI (Union Cycliste Internationale) : le Women's World Tour 2018 et les Championnats du monde de course sur route 2019.

Pour le moment, van Vleuten s'entraîne avec d'autres athlètes pour se préparer à la première épreuve en septembre, suite à la révision du calendrier 2020 de l'UCI. La cycliste a l'intention de participer aux Jeux Olympiques et d'autres événements.

« Je sais que je vais certainement continuer pendant encore deux ans, je ne veux pas m'arrêter l'année des Jeux Olympiques », a-t-elle déclaré, « je veux signer quelque part pour les deux prochaines années », a déclaré van Vleuten au De Leiderstrui, un site de cyclisme néerlandais.

Toute la douleur et la déception de Rio appartiennent désormais au passé.

« J'espère que nous pourrons organiser de merveilleux Jeux Olympiques l'année prochaine sans ne plus avoir à nous soucier du coronavirus. Je souhaite cela pour l'avenir. Je pense que la santé est la chose la plus importante et j'espère passer de merveilleux Jeux Olympiques l'année prochaine... », a-t-elle déclaré à Cycling news en mars dernier.

View this post on Instagram

Back at it!

A post shared by Annemiek van Vleuten (@annemiekvanvleuten) on

Ariya Jutanugarn, golfeuse thaïlandaise

La superstar avait remporté le British Open féminin 2016. C'était la seule golfeuse de son pays à remporter un titre majeur en golf.

À Rio 2016, les attentes étaient de taille pour Jutanugarn lorsqu'elle a participé au premier tournoi de golf féminin des Jeux Olympiques depuis 1900. Cependant, la numéro 2 mondiale de l'époque a dû se retirer au troisième tour en raison d'une blessure au genou gauche.

« Très déçue, car c'est les Jeux Olympiques, et je dis à mon caddie que je veux arrêter... quatre jours », a déclaré Jutanugarn à ESPN en 2016. « Je ne me soucie pas de savoir combien de jours je vais passer, mais je pense à ma carrière. »

Mais à peine une semaine plus tard, elle se reprend et remporte l'Open féminin du Canada. Depuis 2016, elle ne cesse de prouver qu'elle est l'une des meilleures golfeuse du monde : elle a remporté l'Open féminin des États-Unis en 2018 et occupait le 1er rang mondial en 2017.

Maintenant que les Jeux sont reportés à l'année prochaine, Jutanugarn, actuellement 14e au classement olympique, n'a pas encore évoqué Tokyo 2020, mais pas sûr qu'elle laisse passer l'occasion de reprendre là où elle s'est arrêtée aux Jeux.

« C'est le bon moment pour faire partie du sport féminin », a-t-elle déclaré à Bangkok Post début janvier, lorsqu'on l'a interrogée sur ses projets et sur le LPGA Tour.

« Ma passion pour le golf est toujours aussi forte. Je ferai encore de mon mieux cette année, mais je ne me mettrai pas trop la pression. Je veux jouer au golf et profiter. »