HASHIMOTO Seiko, présidente de Tokyo 2020 : connecter l’industrie et les différents secteurs d’activité avec le pouvoir du sport

210218_S001_1808

HASHIMOTO Seiko a pris ses fonctions de présidente du comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques (Tokyo 2020). Hashimoto a participé à sept éditions des Jeux Olympiques d’été et d’hiver. Elle a remporté le bronze en patinage de vitesse à Albertville 1992. En tant que nouvelle présidente de Tokyo 2020, elle est déterminée à organiser des Jeux réussis. Elle partage ses plans pour les mois qui viennent.

Toute ma vie tourne autour des Jeux Olympiques

Vous êtes née en 1964, quelques jours après les Jeux de Tokyo de cette même année, les premiers au Japon. En tant « qu’enfant née pour les Jeux », vous avez été profondément impliquée dans la préparation de Tokyo 2020, et vous en êtes aujourd’hui la présidente. Que signifient les Jeux Olympiques pour vous ?

Je crois que les Jeux Olympiques ont fait partie de toute ma vie. Mon père a regardé la cérémonie d’ouverture des Jeux de Tokyo 1964 au Stade olympique. C’est là qu’il a eu ce rêve que son enfant devienne olympien. C’est aussi pour cela qu’il m’a appelé « Seiko », qui vient de « Seika » : flamme olympique en japonais. À partir de ce moment, les Jeux Olympiques sont devenus le fil conducteur de ma vie. Toute ma vie a tourné autour des Jeux et je pense que ce sera le cas dans le futur.

Ce poste de présidente de Tokyo 2020 relève du destin. Cela fait quoi d’être aussi connectée avec les Jeux Olympiques et Paralympiques ?

Depuis que je me suis fixé l’objectif d’aller aux Jeux Olympiques, j’ai eu la chance de participer à sept éditions. J’ai eu une néphrite aigüe (inflammation du rein) lorsque j’étais en école primaire, et j’ai été hospitalisée pendant deux mois. Au lycée, cette maladie est revenue, et j’ai souffert d’une hépatite B également. Je crois que cet objectif de devenir olympienne m’a aidé à traverser ces difficultés. Chacun de nous fait face à des problèmes divers, et c’est une chance de pouvoir les surmonter. J’ai toujours éprouvé beaucoup de gratitude envers les Jeux Olympiques et Paralympiques. J’aimerais conserver cet état d’esprit à l’avenir.

En tant que pays développé, le Japon a la possibilité de résoudre les problématiques sociales dont le monde fait face

Le souhait des athlètes est d’avoir des Jeux soutenus par le public. En tant qu’athlète qui a représenté la délégation japonaise, comment avez-vous prévu de travailler avec eux ?

Les athlètes sont au coeur de Tokyo 2020. Ils sont le centre des Jeux Olympiques et Paralympiques. Mais au-delà de ça, ils sont au coeur de tous les événements sportifs. Ensuite, il y a ceux qui les soutiennent et qui leur permettent de pratiquer leur sport. Je pense que le sport a le pouvoir de connecter de nombreux secteurs d’activité comme l’éducation, la culture, l’art, l’environnement et le tourisme. Certaines valeurs sont uniquement rattachées au sport. En tant qu’athlète et personne qui les soutient, je pense que les athlètes ne sont pas seulement une industrie. Ils détiennent le pouvoir de procurer un soutien émotionnel au peuple.

Dans une situation où le monde essaie de contrôler la pandémie de COVID-19, les gens peuvent se poser des questions sur le sens d’organiser les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020. La plus grande tâche (pour nous) est de penser à des manières de soulager cette angoisse. Par exemple, dans des conditions strictes, les athlètes pourraient être disciplinés et continuer leur entraînement en suivant des mesures de prévention strictes par rapport au COVID-19. Ce genre de pratique peut être lié à l’éducation. Je pense aussi que l’expérience du COVID-19 peut nous aider à améliorer notre prévention médicale. Cela ne consiste pas uniquement en des traitements symptomatiques. Les athlètes doivent aussi se protéger grâce à de solides mesures de prévention médicale. Mais je pense que c’est un problème auquel toute la société fait face aujourd’hui. Avec une peur rationnelle envers le COVID-19, il est important que notre expérience face au COVID-19 permette de construire un héritage.

À cause du COVID-19, certains a priori entourent les Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo. À votre avis, qu'est-ce qui est essentiel pour conserver le soutien et l'optimisme des athlètes, du public japonais et des partenaires ?

Je ne pense pas qu’il y ait un autre événement capable d’unifier le monde et de capter l’attention comme le font les Jeux Olympiques et Paralympiques. Les questions telles que la manière dont nous mettrons en place les mesures anti-COVID pendant les Jeux et comment les populations pourront continuer à vivre et travailler en période de restrictions, seront au coeur de l’attention mondiale.

Sans parler de la pandémie de COVID-19, le monde fait face à de nombreux problèmes sociaux. Le vieillissement de la population, les problèmes de nourriture, la pauvreté et le terrorisme, tous ces problèmes sont des défis auxquels le monde n'a jamais été confronté auparavant. C'est une chance de pouvoir montrer au monde que le Japon et Tokyo peuvent résoudre ces problèmes les uns après les autres. Je crois et je souhaite que le Japon puisse être un pays précurseur pour résoudre les problématiques sociales auxquelles le monde est confronté. Tokyo 2020 est plus que le sommet des événements sportifs. En tant que ville hôte, en tant que pays hôte et en tant que comité d'organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques, c’est notre mission de garder cette question à l’esprit : comment faire des Jeux une occasion de construire une société durable et épanouie ?

Alors que nous faisons face à beaucoup de difficultés et de défis, pouvez-vous nous faire part de vos réflexions en tant que nouvelle présidente ?

Comment pouvons-nous traverser la situation de COVID-19 ? Quels sont le sens et les valeurs d’accueillir les Jeux de Tokyo 2020 ? Ce sont les questions auxquelles je fais face aujourd’hui. Avec les Jeux Olympiques et Paralympiques, je souhaite montrer au monde la beauté des mouvements des athlètes et la beauté profondément enracinée en eux. Je souhaite que tout le monde puisse comprendre l’importance d’avoir des Jeux qui soient bien accueillis et créer une société durable.