Gerek Meinhardt : escrimeur olympique et étudiant en médecine

L'Américain Gerek Meinhardt au fleuret en escrime aux Jeux panaméricains de Lima 2019.
L'Américain Gerek Meinhardt au fleuret en escrime aux Jeux panaméricains de Lima 2019.

Loin des grandes stars des Jeux Olympiques, des dizaines d'athlètes doivent exercer une autre profession pour subvenir à leurs besoins. De fermiers à banquiers, les métiers sont nombreux et Tokyo 2020 se penche sur certains de ces athlètes qui espèrent jouer un rôle lors des prochains Jeux Olympiques.

Fiche d’identité

  • Nom : Gerek Meinhardt
  • Âge: 30 ans
  • Nationalité : Américain
  • Sport : Escrime

Sa vie d’athlète

L'escrime est un sport qui exige une précision chirurgicale. Il est donc assez logique que le médaillé de bronze de Rio 2016, Gerek Meinhardt, étudie actuellement à la faculté de médecine de l'Université du Kentucky.

Meinhardt est un vétéran du fleuret. Après avoir participé à trois Jeux Olympiques, il met désormais le cap sur Tokyo 2020.

À tout juste 16 ans, le prodige américain est devenu le plus jeune champion national de fleuret masculin de l'histoire en 2007. À peine un an plus tard, il a eu un premier aperçu des Jeux Olympiques avec l’équipe américaine à Beijing 2008. Là encore, il fut le plus jeune escrimeur américain à avoir jamais participé aux Jeux Olympiques.

Une nouvelle apparition olympique se présente à Londres 2012, mais c'est à Rio 2016 que Meinhardt a vraiment su transformer sa promesse en performances d’envergure mondiale.

Membre d'une équipe constituée de quatre tireurs, le numéro 3 mondial de l'époque a aidé les États-Unis à dominer l'Italie 45-31 et à remporter leur première médaille au fleuret par équipe depuis Los Angeles 1932.

À bientôt six mois des Jeux de Tokyo 2020, Meinhardt se prépare à ses quatrièmes Jeux, après s'être qualifié en février 2020.

Il deviendra le premier escrimeur américain, depuis Mike Marx et ses derniers Jeux à Atlanta 1996, à faire partie de l’équipe nationale à quatre JO.

L'Américain Gerek Meinhardt (à droite) affronte l'Allemand Peter Joppich (à gauche) dans le match pour la médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Londres 2012.
L'Américain Gerek Meinhardt (à droite) affronte l'Allemand Peter Joppich (à gauche) dans le match pour la médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Londres 2012.
Hannah Peters/Getty Images

Sa vie professionnelle

Aussi surprenant que cela puisse paraître, Meinhardt n'est pas le seul escrimeur olympique chez lui. En effet, son épouse Lee Kiefer, fleurettiste de 26 ans, s'est classée cinquième à Londres et figure actuellement à la cinquième place mondiale.

Issue d'une famille de médecins, Kiefer a poussé Meinhardt à poursuivre ses ambitions professionnelles et à s'inscrire à la faculté de médecine de l'Université du Kentucky. Elle-même est maintenant en troisième année d'études, tandis que Meinhardt vient tout juste d’entamer sa première année.

L’escrimeur, qui a déjà un MBA et qui travaillait en entreprise, a longuement réfléchi à sa reconversion dans la médecine - surtout parce qu'à 30 ans, il est plus âgé que la plupart de ses camarades de classe.

Dans une interview accordée au site Teamusa.org, il témoigne : « J'ai visité quelques sites et discuté avec les médecins de leur vie, des avantages et des inconvénients. Avec leur aide, je me suis rendu compte que je ne devais pas m'inquiéter de sauter le pas à un stade assez avancé de ma vie, même si j'allais être un étudiant atypique et un peu plus âgé que mes camarades de classe. »

Mais le facteur le plus décisif a sans doute été l'année 2020 elle-même - et en particulier le report des Jeux Olympiques. Le COVID-19 l’ayant éloigné des compétitions, Meinhardt avait tout le temps nécessaire pour se consacrer à ses études de médecine.

Et si durant son cursus, on lui demande de s'inspirer d’expériences de blessures, il n'aura pas besoin de chercher très loin.

« Plusieurs fois, j'ai dit que j'allais faire une dernière période quadriennale et prendre ma retraite, que je devais être fier de ce que j'avais accompli jusque-là et qu'il était temps de laisser mon corps faire une pause parce que j'avais toutes ces blessures chroniques », confie-t-il à Team USA, avant d’ajouter : « En ce sens, je suis très surpris et depuis mes deuxièmes Jeux Olympiques, j'ai toujours été reconnaissant chaque jour pour chaque tournoi auquel j'ai pu participer. »

Meinhardt maniera son arme une dernière fois lors du tournoi olympique d'escrime à Tokyo avant de poursuivre sa quête en vue de devenir un médecin qualifié.