Edouard aux pieds d’argent

Odsonne Edouard fête un but marqué avec l'équipe de France U-17 lors de la finale du championnat d'Europe de la catégorie face à l'Allemagne au Lazur stadium de Burgas en Bulgarie le 22 mai 2015
Odsonne Edouard fête un but marqué avec l'équipe de France U-17 lors de la finale du championnat d'Europe de la catégorie face à l'Allemagne au Lazur stadium de Burgas en Bulgarie le 22 mai 2015

Odsonne Edouard n'en finit plus de marquer pour l'équipe de France Espoirs et représentera sans doute l'un des atouts majeurs des Bleuets l'an prochain à Tokyo. Pourtant, tout n'a pas toujours été rose pour le Guyanais. Récit.

Mbappé mais pas que...

Il y a quelques mois encore, la France salivait à l’idée que Kylian Mbappé pourrait, peut-être, participer au tournoi olympique de football de Tokyo 2020. La crise sanitaire est depuis passée par là, le club de l’attaquant tricolore également, et tout a été remis à plat.

Mais en réalité, la vraie information, si provocatrice puisse-t-elle paraître, est sans doute que les Bleuets n’ont même pas forcément besoin du prodige parisien. Car un autre gamin formé en Ile-de-France fait feu de tout bois sur le front de l’attaque des Espoirs depuis l’automne 2019 : Odsonne Edouard.

Machine à marquer

Désormais âgé de 22 ans, le Guyanais a débarqué en équipe de France Espoirs peu avant la campagne de qualifications pour l’Euro U-21. Ses débuts sont à peine croyables : il inscrit d’abord deux doublés en amical, avant de marquer après deux minutes de jeu pour le premier match de qualification et de doubler la mise. Il continue sur sa lancée et score un triplé puis un nouveau doublé à l’automne 2019. Il a marqué à chacun de ses matches avec les Espoirs, totalisant jusque-là neuf buts en qualification, dont encore un but par match en septembre dernier (face à la Géorgie et à l'Azerbaïdjan).

« J’ai attendu très longtemps ma première sélection en Espoirs, j’avais donc à cœur de bien commencer et de marquer les esprits. Mais ce n’est qu’un début », commentait le joueur après ses débuts sur francetvinfo.fr.

View this post on Instagram

Focus on the next one 🇫🇷⚽️

A post shared by Odsonne Edouard (@o.edouard_18) on

Magic Odsonne

Pourtant, il y a deux ans, il n’est pas certain que beaucoup auraient parié sur une telle réussite. Car malgré son jeune âge, le parcours d’Odsonne n’est pas un long fleuve tranquille. Recruté par le Paris-SG à 13 ans en provenance de Bobigny (un club de la banlieue parisienne), le natif de Kourou explose tout de suite tous les compteurs : il marque une soixantaine de buts et récolte des surnoms élogieux comme "la fusée" et de "Magic Odsonne". Dans les catégories de jeunes de l'équipe de France, même punition, il finit même meilleur buteur du championnat d'Europe U-17 en 2015 avec huit buts en cinq matches.

Mais voilà, éclore au PSG depuis quelques années n’est pas une mince affaire. De fait, dès son premier contrat pro signé avec Paris en 2016, il est prêté à Toulouse où il est sensé s’aguerrir. C’est là que les ennuis commencent. Impliqué dans une histoire de tir au pistolet à billes qui lui vaut une condamnation, Edouard est suspendu et est contraint de s’expatrier pour jouer.

Odsonne Edouard marque son deuxième but avec le Celtic en Ligue des champions face aux Islandais de KR Reykjavik en tour préliminaire au Celtic Park le 18 août 2020.
Odsonne Edouard marque son deuxième but avec le Celtic en Ligue des champions face aux Islandais de KR Reykjavik en tour préliminaire au Celtic Park le 18 août 2020.
(Photo by Ian MacNicol/Getty Images)

Relancé par le Celtic

« J’ai beaucoup évolué depuis mes débuts mais je dois encore progresser, dans beaucoup de domaines. Le plus difficile c’est de pouvoir enchainer les matches. Ca a été difficile à Toulouse, puis le retour à Paris, mes problèmes extra sportifs… Mais une fois au Celtic, tout est reparti. »

Car c’est au Celtic, qui frissonnait déjà des exploits d’un autre attaquant français dans ses rangs depuis 2016, Moussa Dembele, qu’il se relance. Prêté, il arrive en Ecosse en août 2017 et inscrit 11 buts lors de sa première année. L’année suivante son compteur passe à 23 buts au total dont 15 en championnat.

En mars 2018, il inscrit le but de la victoire lors du Old Firms contre les Rangers, à l'extérieur. Depuis, il a sa propre chanson dans les travées du Celtic Park. C'est dire la notoriété acquise par l'enfant de Bobigny en Ecosse. Lors de la saison passée, même tronquée, il marque 28 fois (22), finissant meilleur buteur du championnat.

S'installer en Bleu

« J’ai un fort caractère, je n‘abandonne jamais. J’ai eu une prise de conscience, le temps passait, il fallait que je lance ma carrière définitivement. J’avais cette image de jeune prometteur depuis un moment. Mais j’ai réalisé le fossé entre les équipes de jeunes et le monde professionnel. Quand vous arrivez en pro, vous n’êtes personne, vous recommencez à zéro, il faut refaire ses preuves. Le coach au Celtic m’a accordé sa confiance en me donnant du temps de jeu, j’ai su en profiter », analysait-il a posteriori au micro de francetvinfo.fr.

Désormais bien installé sur le front de l’attaque des Bhoys, Edouard compte aussi poser pour de bon ses valises dans la maison France. Ses débuts en fanfare vont certainement l’y aider. Mais ce faux timide sait que rien n’est jamais acquis. « Je veux d’abord devenir un titulaire indiscutable, marquer des buts et contribuer dans le jeu. Pour se qualifier pour l’Euro mais aussi pour être performant aux Jeux Olympiques de Tokyo, car c’est la prochaine grosse échéance pour les Espoirs ». Et pourquoi pas ramener une médaille que la France n’a plus touché en football depuis 1984…

L'instant favori de David Guetta: L'or de la France en football
03:56