La Dream Team chinoise de plongeon à la poursuite de la perfection

Londres - ANGLETERRE - 31 juillet 2012 : Hao Wang et Chen Roulin, de Chine, participent à la compétition de plongeon synchronisé féminin à 10 m lors des Jeux Olympiques de Londres 2012.
Londres - ANGLETERRE - 31 juillet 2012 : Hao Wang et Chen Roulin, de Chine, participent à la compétition de plongeon synchronisé féminin à 10 m lors des Jeux Olympiques de Londres 2012.

Au cours de l’histoire des Jeux Olympiques, certaines équipes ont tellement marqué leur sport de leur empreinte qu'elles peuvent être décrites comme invincibles. Tokyo 2020 revient sur les histoires de ces équipes inoubliables, ainsi que les joueurs qui les composent. Dans cet épisode, retour sur l’équipe de plongeon de la République Populaire de Chine qui domine la discipline depuis plus de deux décennies.

Le contexte

Le plongeon a fait ses débuts olympiques à Saint-Louis en 1904 et pendant les 80 années qui ont suivi, le classement des médailles a été dominé par les Américains. Mais en 1984, la République populaire de Chine a rejoint le bateau. Et tout a changé.

Depuis que leur première médaillée d’or ZHOU Jihong s’est emparée de la couronne du plongeon haut-vol à 10 mètres féminin à Los Angeles en 1984, la Chine a gagné 40 médailles d’or sur 56, soit le plus grand nombre de médailles possibles à chaque Jeux Olympiques.

En clair, la Chine possède la meilleure équipe de plongeon au monde. C’est d’ailleurs cette discipline qui rapporte le plus de médailles à la Chine tous sports confondus. Pas la peine de se demander pourquoi cette équipe se fait appeler la Dream Team dans son pays.

La Chinoise Shi remporte l'or en plongeon
02:02

Tingmao Shi remporte l'or pour la Chine en s'imposant largement avec 18 points d'avance en tremplin 3 m femmes.

Les plongeurs emblématiques

Seulement 1,8 s s'écoule entre le moment où le plongeur quitte le plongeoir et son introduction à l’eau. Beaucoup de plongeurs chinois ont passé des dizaines d’années à affûter leurs techniques pour rendre ces 1,8 s parfaites.

Zhou - la toute première plongeuse chinoise à avoir été officiellement intronisée au Temple de la renommée de natation (International Swimming Hall of Fame) a passé presque toute sa vie a perfectionner sa technique de plongeon. À Los Angeles 1984, elle a remporté la médaille d’or, volant la vedette à sa compatriote CHEN Xiaoxia, la grande favorite de l’épreuve en début de compétition. En 1990 elle est retournée au sein de l'équipe nationale en tant que coach et en 1998, elle a prit le poste de responsable de l’équipe nationale de plongeon.

Depuis que Zhou est aux commandes, l'équipe a remporté 31 médailles d'or.

De Zhou à FU Mingxia en passant par GUO Jingjing et WU Minxia, les plongeuses chinoises ont monopolisé la discipline pendant si longtemps qu'aucune autre équipe n’a réussi à s’en approcher. En Chine, on les appelle les Diving Queens.

Fu a été la première à avoir été surnommée ainsi. Sur ces débuts internationaux à Barcelone en 1992, elle a remporté le concours de plongeon haut-vol à 10 mètres à seulement 14 ans, devenant ainsi l’une des plus jeunes championnes olympique de l’histoire. Sur les trois éditions olympiques suivantes, elle a gagné trois autres médailles d’or et une médaille d’argent devenant la plongeuse chinoise la plus décorée du pays, avant de passer la couronne à sa partenaire de plongeon sur tremplin à 3 mètres, Guo.

Guo a participé à quatre Jeux Olympiques consécutifs, remportant quatre médailles d'or, au tremplin de 3 mètres et en plongeon synchronisé à Athènes 2004 et Beijing 2008. Guo a captivé la Chine, non seulement par sa domination dans les bassins, mais aussi par son élégance et son charisme en dehors de l’eau.

Son binôme de plongeon à 3 mètres, Wu, aurait pu vivre dans l’ombre de Guo pendant de nombreuses années. Mais à Rio 2016, Wu est entrée dans le livre des records de plongeon en gagnant sa quatrième médaille d’or consécutive en plongeon synchronisé à 3 mètres. Avec sept médailles, elle est devenue la plongeuse la plus décorée de l'histoire du sport, mais également la seule plongeuse à avoir remporté quatre médailles d'or dans la même épreuve.

Pékin - CHINE - 10 août 2008 : Guo Jingjing et Wu Minxia posent avec leur médaille d'or lors de la cérémonie de remise des médailles de l'épreuve féminine de tremplin synchronisé à 3 m des Jeux Olympiques de Beijing 2008.
Pékin - CHINE - 10 août 2008 : Guo Jingjing et Wu Minxia posent avec leur médaille d'or lors de la cérémonie de remise des médailles de l'épreuve féminine de tremplin synchronisé à 3 m des Jeux Olympiques de Beijing 2008.
Photo de Al Bello/Getty Images

Le but ultime : tout gagner

Depuis l’introduction du plongeon synchronisé en plus du plongeon individuel à Sydney 2000, le but de la Chine a été de rafler les huit médailles d’or en jeu.

L’équipe chinoise avait bien commencé en remportant cinq médailles d’or à Sydney. Puis quatre ans plus tard à Athènes, ils ont fait un pas de plus vers leur objectif en gagnant six médailles d’or. En 2008, lors des JO à domicile de Beijing, la Chine n’a perdu qu’une seule médaille d’or, celle de la plateforme à 10 mètres. À Londres en 2012, l’équipe chinoise a laissé passer les deux médailles d’or en plongeon individuel masculin repartant avec « seulement » six médailles d’or.

C’est lors des Jeux de Rio 2016 que la Chine s’était rapprochée au plus près de son but ultime. Les femmes ont remporté les quatre médailles disponibles, mais le duo masculin, CAO Yuan et QIN Kai, s’est fait voler la vedette par les Britanniques Jack Laugher et Chris Mears en plongeon synchronisé à 3 mètres, privant ainsi l’équipe nationale de la suprématie absolue.

La suite de l’histoire

La quête de ces huit médailles d’or olympique continue plus que jamais pour l’équipe chinoise de plongeon.

Avec Tokyo à l'horizon, leur objectif n'est pas seulement d'être en tête du tableau des médailles, mais aussi de remporter toutes les médailles possibles. Entre Rio et Tokyo, l’équipe chinoise a participé à deux Championnats du monde, une Coupe du monde et une édition des Jeux Asiatiques. La Chine a remporté toutes les médailles d'or disponibles lors de la Coupe du monde et des Jeux Asiatiques. Aux Championnats du monde de 2019 à Gwangju, l'équipe a remporté 12 titres, dont les huit épreuves présentes aux Jeux Olympiques.

À cause de la pandémie de COVID-19 et du report des Jeux, la fédération chinoise de natation a décidé de remettre à zéro les points que les plongeurs avaient accumulés dans le passé et de recommencer le processus de qualification. Il faudra attendre le dernier événement de mai pour connaître la liste finale des plongeurs qui se déplaceront aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

En décembre 2020 et janvier 2021, les deux premières compétitions qualificatives ont révélé de nombreux jeunes talents tandis que les « vétérans » continuaient de montrer l’étendue de leur expérience. Il semblerait que le plus gros problème de la Chine soit la sélection de son équipe nationale parmi tous ces très bons plongeurs.

Mais quel que soit les représentants de l'équipe à Tokyo, il est certain qu'ils impressionneront le monde entier par leurs tentatives de perfection. Il semble que la Dream Team chinoise soit déterminée à ne jamais laisser tomber ses fans à travers le monde.