De dernier à champion : L'ascension fulgurante de Mutaz Barshim

Le Qatari Mutaz Barshim après la finale du saut en hauteur aux 17e Championnats du monde d'athlétisme de l'IAAF à Doha en 2019.
Le Qatari Mutaz Barshim après la finale du saut en hauteur aux 17e Championnats du monde d'athlétisme de l'IAAF à Doha en 2019.

Vous-êtes vous déjà demandé ce qu’étaient vos athlètes favoris avant qu’ils ne deviennent des grands champions ? Chaque semaine, Tokyo 2020 vous replongera avec des vidéos uniques dans le passé des plus grands athlètes olympiques de l’histoire, avant qu’elles ne soient devenues des superstars.

Fiche d’identité

  • Nom : Mutaz Essa Barshim
  • Âge : 29 ans
  • Nationalité : Qatari
  • Profession : Saut en hauteur

Principaux faits d’armes ?

Le sport moderne évoque souvent des histoires de conte de fées, avec des athlètes relativement peu connus finissant par faire la une des journaux internationaux en apportant un succès sans précédent à une nation.

Parmi eux figure le sauteur en hauteur Mutaz Essa Barshim.

Le Qatar n'a pas une longue histoire de podiums dans le domaine de l'athlétisme, mais Bashim a réussi à lui seul à inscrire ses exploits dans les livres des records.

Il est devenu l'un des meilleurs sauteurs en hauteur au monde avec deux médailles olympiques (bronze à Londres 2012 et argent à Rio 2016) et deux titres de champion du monde (2017 et 2019). Il est considéré à juste titre comme l'un des plus grands sauteurs en hauteur de l'histoire, aux côtés du détenteur du record du monde Javier Sotomayor, de la légende allemande Dietmar Mogenburg et du Suédois Stefan Holm.

Barshim, qui voulait à l'origine être marcheur (en course), détient le record national qatari et le record asiatique de saut en hauteur (2,43 m). Dans un pays dépourvu de héros sportifs en athlétisme, il a changé la face de l'athlétisme. Barshim l'un des athlètes les plus vénérés du Qatar.

L'athlète de 29 ans a élevé son statut d'icône en 2019 lorsqu'il a réalisé une performance époustouflante devant son public à Doha pour défendre son titre de champion du monde, en dépit d'une blessure qui l'avait inquiété avant la compétition.

Le saviez-vous ?

Au vu de ce qu'il a accompli jusqu'à présent dans sa carrière de sauteur en hauteur, la plupart des gens suppose qu'il était un enfant prodige.

Cependant, le Barshim adolescent vous raconterait une histoire complètement différente.

Né dans une famille d'origine soudanaise, Barshim s'est mis très tôt à l'athlétisme, suivant les traces de son père, qui était coureur.

En plus de la marche, Barshim s'est mis au saut en longueur et au triple saut, mais il a décidé de se spécialiser dans le saut en hauteur.

Il n'a pas été tout de suite séduit et admet volontiers qu'il a « toujours été le plus mauvais » lorsqu'il a commencé.

S'adressant à Sport 360 pour parler de ses débuts, Barshim a déclaré : « Jusqu'à l'âge de 17 ans, j'ai toujours été le plus mauvais. Il y avait beaucoup de gens dans mon groupe qui étaient bien meilleurs que moi. Je n'ai jamais eu l'impression d'être quelqu'un de spécial. »

« Mais mon père m'a toujours dit "continue à faire ce que tu fais, travaille dur, sois patient, c'est ce qui va faire la différence". Alors, j'ai continué. »

Et c'est ce qu'il a fait.

Que devient-il ?

Un record d'Asie, deux titres de champions du monde et deux médailles olympiques, peut sembler suffisant, mais pas pour Barshim, qui veut viser plus haut pour Tokyo 2020.

Il s'entraîne actuellement à Malmö, en Suède, et après le bronze à Londres en 2012 et l'argent à Rio en 2016, il y a des chances qu'il puisse faire mieux et décrocher l'or aux Jeux Olympiques l'année prochaine.

Il reste à voir s'il parviendra à monter sur la plus haute marche du podium à Tokyo, mais pour quelqu'un qui pensait être le pire à l'âge de 17 ans, il est en train de vivre les meilleurs moments de sa carrière sportive.