Championnats d’Europe : PFP encore intouchable et Carod en argent

Leogang, AUTRICHE - 10 octobre 2020 : Pauline Ferrand-Prévot remporte son troisième titre de championne du monde de VTT cross-country.
Leogang, AUTRICHE - 10 octobre 2020 : Pauline Ferrand-Prévot remporte son troisième titre de championne du monde de VTT cross-country.

Les Championnats d’Europe de VTT ont une nouvelle fois vu les Français dominer les épreuves, masculines et féminines. Ferrand-Prévot assure le doublé, une semaine après son titre mondial, et Tiouan Carod termine deuxième derrière le Suisse Nino Schurter.

On prend les mêmes et on recommence. Une semaine après les Championnats du monde de VTT cross-country, où la France a remporté l’or chez les hommes avec Jordan Sarrou et les femmes avec Pauline Ferrand-Prévot, l’élite des vététistes européens rempilait pour les Championnats d’Europe, ce samedi 17 octobre. 

Cette fois-ci, le terrain de jeu se situait en Suisse, aux portes des Alpes à Monte Tamaro. Le parcours était bien plus technique que celui des Mondiaux, davantage physique, mais le scénario de la course féminine n’a pourtant pas été différent.

Premier titre européen pour PFP

La Française Pauline Ferrand-Prévot, maillot arc-en-ciel de championne du monde sur le dos, n’a pas attendu pour assumer ses responsabilités et comme la semaine dernière, elle s’est échappée dès le premier tour sans qu’elle ne soit inquiétée jusqu’à la ligne d’arrivée, où elle comptait 41 secondes d’avance sur sa dauphine néerlandaise Anne Terpstra et 56 secondes sur la médaille de bronze ukrainienne Yana Belomoina. La Suisse Sina Frei a terminé 5e, juste devant la Française Léna Gérault.

Une course maîtrisée de bout en bout pour Ferrand-Prévot, qui a remporté son premier titre de championne d’Europe.

« Je n'avais jamais été championne d'Europe, j'avais à coeur de l'être au moins une fois », confiait la championne à l’Équipe après la course.

Terminer sur un bon point

Elle conclut donc sa saison 2020 par un nouveau titre, 7 jours après avoir conquis son troisième sacre mondial et 15 jours après sa victoire en coupe du monde à Novo Mesto en Slovénie. L’athlète de 28 ans ne pouvait pas mieux faire, elle qui souhaitait bien finir la saison pour entamer l’hiver avec le sentiment du devoir accompli.

« L'an dernier, après mon [second] titre mondial, j'avais gagné une étape de Coupe du monde aux États-Unis avant de partir au test-event de Tokyo (octobre 2019). Mais je m'étais “cassée le nez” sur dernière course de la saison et j'avais abandonné donc je gardais un goût d'inachevé de cette fin de saison. Là, je voulais vraiment terminer sur une bonne note pour passer un bon hiver et garder des pensées positives sur cette saison. »

« Arriver sereine à Tokyo »

Elle pourra attaquer la préparation pour les JO de Tokyo 2020, son objectif principal, sur de bonnes bases et arriver en terres nippones au top de sa forme, contrairement aux Jeux de Londres 2012 (26e) et de Rio 2016 (abandon), qui ne s’étaient pas bien passés.

« Je veux arriver aux Jeux de Tokyo en étant à 100% », expliquait-elle à l’émission Stade 2. « Ce serait déjà une victoire. On voit que quand je suis à 100%, ça va plutôt bien. Je vais essayer de faire une bonne préparation et un bon hiver pour arriver sereine à Tokyo et avec beaucoup d’envie. »

View this post on Instagram

CHAMPIONNE D’EUROPE 😍❤️✨

A post shared by Pauline FERRAND-PREVOT (@paulineferrandprevot) on

Schurter reprend le contrôle

Chez les hommes, l’attente était également grande après le sacre mondial de Jordan Sarrou, qui brisait alors l’hégémonie du Suisse Nino Schurter, détenteur des cinq derniers titres mondiaux. Déçu de sa neuvième place obtenue en Autriche, le champion olympique en titre voulait se rattraper en remportant l’un des seuls titres qui lui manquait, celui de champion d’Europe.

Il ne s’est pas manqué ! Pendant une bonne partie de la course, un groupe de cinq athlètes menaient les débats, composé des Suisses Nino Schurter, Filippo Colombo et Mathias Flückiger, du Français Titouan Carod, médaillé de bronze aux Mondiaux de la semaine dernière, et de l’Italien Luca Braidot. À domicile, le trio helvète pouvait prétendre à un podium 100% suisse mais Colombo a été victime d’une crevaison et Flückiger n’a pas pu suivre le rythme à partir du 6e et avant-dernier tour. L’Italien avait quant à lui lâché le groupe de tête plus tôt.

Seuls Schurter et Carod se disputaient donc le titre dans le dernier tour et c’est dans un virage mal négocié par le Français que son adversaire du jour a su prendre les devants pour s’échapper vers la victoire.

Une erreur fatale

L’octuple champion du monde termine avec 10 secondes d’avance sur Carod, et 49 secondes sur son compatriote Flückiger. Le champion du monde 2020 français Jordan Sarrou finit 5e, ses compatriotes Thomas Griot et Maxime Marotte 8e et 17e.

Médaillé d’argent, Titouan Carod n’est pas déçu de sa course, lui qui a pris les devants pour ne pas subir la loi de Nino Schurter. Il est simplement tombé contre plus fort que lui.

« Il fallait être devant car le circuit était assez technique. Être derrière et subir les erreurs de Nino, s'il en faisait, ce n'était pas top », détaille le champion de France 2018 à l’Équipe. « J'ai réussi à passer devant assez tôt dans le dernier tour, et j'ai même réussi à accélérer pour lui prendre quelques secondes. Mais à l'atterrissage d'un saut, j'ai eu deux crampes sur les deux jambes et ça m'a un peu bloqué sur la fin de course. Il est revenu sur moi et m'a passé à un endroit où je n'aurais jamais pensé qu'on puisse passer. C'est réglo, il n'y a rien à dire. Il me prend tout de suite 5 ou 6 secondes et je ne peux plus revenir. »

Avec ces résultats exceptionnels, tant sur les Championnats d’Europe que sur les Mondiaux, la course olympique de Tokyo 2020 s’annonce très prometteuse pour les Français, qui pourraient bien succéder à Julien Absalon (Athènes 2004, Pékin 2008) et Julie Bresset (Londres 2012), les derniers champions olympiques tricolores.