Chad Le Clos et son insatiable soif de victoire

Gold Coast, AUSTRALIE - 8 AVRIL 2018 : Le sud-africain Chad le Clos participe au 100m papillon masculin lors des Jeux du Commonwealth.
Gold Coast, AUSTRALIE - 8 AVRIL 2018 : Le sud-africain Chad le Clos participe au 100m papillon masculin lors des Jeux du Commonwealth.

Le médaillé d'or de Londres 2012 avertit ses rivaux qu'il s'améliore avec l'âge, et les prévient que le report de Tokyo 2020 ne fait qu'augmenter ses chances d'ajouter des médailles à sa collection.

Comme un bon vin sud-africain, Chad le Clos sent qu'il s'améliore avec l'âge.

C'est un avertissement sans équivoque pour tous les rivaux du nageur né à Durban, qui a coiffé au poteau Michael Phelps et remporté l'or olympique du 200 m papillon à Londres en 2012.

Même le report de Tokyo 2020 ne pourra pas atténuer la motivation de Le Clos pour ajouter de nouvelles médailles olympiques à sa collection.

« Je suis prêt à repartir l'année prochaine, je suis en pleine forme. J'ai 12 mois de plus pour être encore meilleur », a déclaré le nageur sud-africain à Stats Perform.

« J'ai l'impression de m'améliorer et d'avoir été, il y a quelques semaines, dans la meilleure forme de ma vie ».

Je suis convaincu que je peux revenir, en espérant être meilleur qu'à Londres et à Rio et que je serai en pleine forme l'année prochaine.

Un modèle de régularité

À 28 ans, il n'a cessé de monter sur les podiums au cours de ses dix années de compétition sur la scène mondiale, remportant quatre médailles olympiques, quatre couronnes mondiales et sept titres aux Jeux du Commonwealth.

Mais son impressionnante performance récente aux Championnats du monde de 2019 à Gwangju en République de Corée - où il est monté sur le podium du 100 m et du 200 m papillon - a persuadé le Clos que Tokyo ne sera pas sa dernière chance d'ajouter des titres olympiques à son palmarès.

« Je pense que je peux participer à deux autres Jeux Olympiques, et je serai très compétitif lors des prochains, c'est sûr », a poursuivi le Clos, qui aura 32 ans à l'occasion de Paris 2024.

« Pour 2024, on verra ce qui se passera, c'est loin, mais je suis satisfait d'être dans la position où je suis ».

J'ai perdu ma motivation après Londres, mais je suis revenu là où j'en étais.

J'ai soif de victoire et je veux vraiment réussir aux Jeux Olympiques, je veux gagner à nouveau.

Un Chad Le Clos confiant pense redevenir champion olympique
03:54

Esprit de compétition

Ces quelques semaines ont été troublantes pour Le Clos, qui a été contraint de quitter son camp d'entraînement en Italie suite à l'épidémie de COVID-19.

Il s'est dont dirigé chez lui en Turquie mais une interdiction des voyages internationaux a signifié un autre départ précipité, cette fois-ci vers sa résidence en Afrique du Sud.

Sans pour autant être dérangé, il maintient la forme en s'entraînant dans une piscine de...10m. En s'attachant au mur avec une corde pour le maintenir au même niveau.

Même sans autre nageur autour de lui, la compétition est au rendez-vous dans la maison de Le Clos. Mais c'est son père Bert qui semble enchaîner les victoires.

« Nous jouons beaucoup au poker, vraiment beaucoup », poursuit Le Clos à Stats Perform.

« Mon père est un très bon joueur, mon frère et moi jouons depuis cinq ou six ans. Nous jouons tous les soirs pour passer le temps ».

« Nous misons des tâches comme faire la vaisselle, le petit déjeuner le matin, les crêpes. J'ai fait trop de fois la vaisselle, ce n'est pas bon signe ! »

Les rivaux du papillon

Le Clos sait qu'il doit être prêt pour la compétition s'il veut surmonter une liste croissante de rivaux en papillon dans ce qui devient l'une des épreuves les plus disputées de la natation masculine.

Après sa rivalité avec Phelps en 2012, le Singapourien Joseph Schooling a battu les deux hommes en remportant le 100 m papillon à Rio 2016.

Depuis, le Russe Andrei Minakov, le Hongrois Kristof Milak, le nageur japonais Seto Daiya et l'exceptionnel sprinteur américain Caeleb Dressel sont également devenus des prétendants aux médailles pour le papillon à Tokyo 2020.

Si le report d'un an des Jeux a sans aucun doute causé de la frustration pour Le Clos - après avoir terminé avec succès son plan d'entraînement de 12 semaines avant les Jeux - c'est aussi l'occasion pour le médaillé d'argent du 200 m nage libre à Rio 2016 d'élargir son répertoire pour Tokyo.

« Si le programme reste le même et que les finales ont toujours lieu le matin [pour le marché de la télévision américaine], les épreuves supplémentaires sont une grosse possibilité », a-t-il déclaré à ESPN.

« S'ils les déplacent à la veille au soir, ce serait un problème, car vous perdez une demi-journée de repos et de récupération. Mais je vais me préparer à nager autant que possible ».

Londres, ANGLETERRE - 31 juillet 2012 : Le médaillé d'or sud-africain Chad le Clos sur le podium lors de la cérémonie de remise des médailles de la finale du 200m papillon masculin
Londres, ANGLETERRE - 31 juillet 2012 : Le médaillé d'or sud-africain Chad le Clos sur le podium lors de la cérémonie de remise des médailles de la finale du 200m papillon masculin
Photo by Clive Rose/Getty Images

Les prochaines étapes

Le calendrier de natation est devenu de plus en plus chargé au cours des dernières saisons et, bien qu'il n'y ait pas de Jeux Olympiques en 2020, les occasions ne manqueront pas une fois que les compétitions reprendront.

En plus des Championnats du monde de natation en petit bassin qui auront lieu en décembre à Abu Dhabi et de la Coupe du monde de natation, qui se déroulera de septembre à novembre dans plusieurs villes, le Clos se réjouit de pouvoir porter les couleurs d'Energy Standard au sein de la nouvelle Ligue internationale de natation (International Swimming League - ISL).

Mais pour l'instant, il se concentre sur sa corde, son mur et sa piscine de 10 mètres.

Par Olympic Channel.