Cathy Ferguson, l’adolescente qui a triomphé parmi six détentrices de record du monde

Jeux Olympiques de Tokyo 1964, 100 m dos féminin - Cérémonie de remise des médailles. Virginia Ruth DUENKEL (USA) 3e, Kathleen Jean FERGUSON (USA) 1ère et Christine (Kiki) CARON (FRA) 2e.
Jeux Olympiques de Tokyo 1964, 100 m dos féminin - Cérémonie de remise des médailles. Virginia Ruth DUENKEL (USA) 3e, Kathleen Jean FERGUSON (USA) 1ère et Christine (Kiki) CARON (FRA) 2e.

En octobre 1964, Tokyo a accueilli ses premiers Jeux Olympiques. Pour célébrer cet anniversaire, Tokyo 2020 vous fait revivre les moments les plus incroyables et spectaculaires qui se sont déroulés il y a 56 ans. Dans cet épisode, nous revenons sur Cathy Ferguson qui a remporté l’or dans une finale ultra-compétitive lors de ses premiers et derniers Jeux. 

Le contexte

La nageuse américaine Cathy Ferguson était un prodige. Le genre d’athlète qui n’a pas perdu de temps pour atteindre la gloire olympique.

Née en 1948, Ferguson n’avait que 16 ans lorsqu’elle s’est envolée pour ses premiers Jeux Olympiques, à Tokyo 1964.

Malgré son jeune âge, elle était une prétendante légitime à la victoire finale. Mais pour accomplir cet exploit, elle devait battre une autre prodige de 16 ans, la Française Christine Caron, qui venait de battre le record du monde du 100 m dos. 

Ferguson détenait quant à elle le record du monde du 200 m dos, mais la favorite numéro 1 était bien Kiki Caron.

Avant la finale, les séries du 100 m dos se sont révélées explosives : trois records du monde ont été battus. Le premier a été réalisé par la colocataire de Cathy Ferguson, l’Américaine Ginny Duenkel, qui a nagé en 1 min 08 s 9. Ferguson a suivi le pas en abaissant la marque à 1 min 08 s 8 avant que Caron ne fixe le record du monde à 1 min 08 s 5.

La finale s’annonçait donc palpitante. D’autant plus que trois autres nageuses avaient également détenu des record du monde.

Le moment

Difficile de croire que le record du monde n’allait pas de nouveau être battu, en ce 14 octobre 1964. Les huit lignes d’eau étaient occupées par les meilleures spécialistes du dos au monde.

La première moitié de course était serrée mais après le virage, trois nageuses se retrouvaient en tête. Ferguson avait quelques centimètres d’avance sur Caron, suivie de près par Duenkel.

La bataille pour l’or était lancée.

À la fin, c’est Ferguson qui a touché le mur en premier, devant Caron et Duenkel.

Comme prévu, un nouveau record du monde a été établi : 1 min 07 s 7. La première fois qu’une nageuse passait en dessous des 1 min 08 s sur 100 m dos.

Départ du 100 m dos féminin avec la médaillée d’or Cathy Ferguson (USA) à la ligne d’eau n°5 et la médaillée d’argent Christine Caron (FRA) à la ligne d’eau n°4.
Départ du 100 m dos féminin avec la médaillée d’or Cathy Ferguson (USA) à la ligne d’eau n°5 et la médaillée d’argent Christine Caron (FRA) à la ligne d’eau n°4.
Photo de Keystone/Getty Images

La suite de l'histoire

Après la finale, Ferguson a attribué son succès à un point précis sur lequel elle a beaucoup travaillé. 

« J’ai été la seule à n’avoir jamais regardé le mur derrière moi. Je savais comment faire mon virage et en sprint, il est capital car il n’y en a qu’un. Il doit être parfaitement exécuté et très rapide », explique Ferguson.

En plus de sa médaille d’or sur 100 m dos, elle a également remporté le titre olympique en relais 4 x 100 m quatre nages. 

Avant les Jeux de Mexico 1968, Ferguson a pris sa retraite sportive à seulement 19 ans, après s’être mariée. Elle aura remporté deux médailles d’or olympiques et quinze titres nationaux.

Elle a ensuite travaillé comme entraîneuse, notamment au club californien de Los Caballeros Swim Team. Comme elle l’a expliqué dans un article alors qu’elle entraînait les Los Cab, Ferguson a apporté ses propres méthodes à ses cours de natation.

« Quand je regarde en arrière, je peux aisément dire que le plus important aux Jeux Olympiques n’est pas de gagner, mais de participer. C’est pareil pour la vie. La gloire n’est pas la chose la plus important. Ce sont les difficultés rencontrées. Apprenez cela à vos enfants et nous aurons affaire à de futurs champions. »