Les boxeurs d'Asie et d'Océanie combattent pour la qualification olympique

Londres, ANGLETERRE – 06 août 2012 : Mavzuna Chorieva du Tajikistan (en bleu) défie la Chinoise Cheng Dong (en rouge) pendant les quarts de finale des poids-légers (60 kg) des JO de Londres 2012.
Londres, ANGLETERRE – 06 août 2012 : Mavzuna Chorieva du Tajikistan (en bleu) défie la Chinoise Cheng Dong (en rouge) pendant les quarts de finale des poids-légers (60 kg) des JO de Londres 2012.

Tous ce que vous devez savoir sur le Tournoi de Qualification Olympique asiatique à Amman, en Jordanie.

Le Tournoi de Qualification Olympique (TQO) de boxe dans la région Asie/Océanie a débuté à Amman, en Jordanie, le mardi 3 mars.

L'événement devait avoir lieu à Wuhan, en Chine, en février, mais il a été reporté et déplacé en raison de l'épidémie de coronavirus.

Les boxeurs se disputeront 63 places (41 pour les hommes et 22 pour les femmes) aux Jeux Olympiques de Tokyo cet été.

Les hommes s'affronteront dans huit catégories, du poids plume (52 kg) au poids super-lourd (+91 kg), tandis que les femmes s'affronteront dans cinq catégories, du poids plume (51 kg) au poids moyen (75 kg).

Trente-trois boxeurs ont déjà réservé leur place aux Jeux Olympiques via le TQO africain qui s'est terminé le 29 février dernier.

Les qualifications européennes se dérouleront à Londres en mars, suivies des qualifications américaines à Buenos Aires. Pour ceux qui n'ont pas réussi à se qualifier par le biais de leur épreuve continentale, il y aura une deuxième chance lors d'un tournoi mondial à Paris en mai.

Rio de Janeiro, BRÉSIL – 21 août 2016 : L’Ouzbek Fazliddin Gaibnazarov célèbre sa victoire contre l’Azerbaïdjanais Lorenzo Sotomayor Collazo en finale des super-légers des JO de RIO 2016 (64 kg).
Rio de Janeiro, BRÉSIL – 21 août 2016 : L’Ouzbek Fazliddin Gaibnazarov célèbre sa victoire contre l’Azerbaïdjanais Lorenzo Sotomayor Collazo en finale des super-légers des JO de RIO 2016 (64 kg).
Alex Livesey/Getty Images

Une ruée vers l'or pour le continent asiatique?

Les boxeurs asiatiques devraient remporter une série de médailles à Tokyo à l'image des Jeux de Rio 2016 et des Championnats du monde 2019 à Iekaterinbourg en Russie où ils ont respectivement récoltés 17 et 15 médailles.

L'Ouzbékistan a terminé en tête du tableau des médailles au Brésil et en Russie.

Les femmes devraient également briller, ayant remporté 17 des 40 médailles possibles lors des championnats du monde 2019 et 8 des 10 médailles d'or proposées lors de l'édition précédente en 2018.

Outre l'Ouzbékistan, le Kazakhstan, la Chine et l'Inde devraient réaliser de bonnes performances à Amman.

Les boxeurs kazakhs ont remporté des médailles d'or à tous les Jeux olympiques depuis la première participation du pays en 1996.

Gennadiy Golovkin, surnommé GGG, invaincu pendant quasiment 15 ans, a remporté une médaille d'argent à Athènes 2004.

La Chine a fini en tête du classement des médailles masculines des Championnats d'Asie 2019 et du classement des médailles féminines lors des Championnats du monde 2019. Ils devraient donc être performants en Jordanie.

Le Japon espère qualifier au moins deux boxeurs pour les Jeux Olympiques, bien qu'ils n'aient pas remporté de médaille aux derniers Championnats du monde masculins et féminins et qu'ils n'en aient gagné que deux aux championnats asiatiques de l'année dernière.

Rio de Janeiro, BRÉSIL – 16 août 2016 : L’Ouzbek Bakhodir Jalolov (en bleu) combat le Britannique Joe Joyce lors du quart de finale des super-lourds des JO de Rio 2016.
Rio de Janeiro, BRÉSIL – 16 août 2016 : L’Ouzbek Bakhodir Jalolov (en bleu) combat le Britannique Joe Joyce lors du quart de finale des super-lourds des JO de Rio 2016.
Christian Petersen/Getty Images

Les boxeurs à surveiller

Parmi les plus grands espoirs masculins de l'Ouzbékistan, on trouve le champion du monde et olympique de poids mouches en titre, Shakhobidin Zoirov, invaincu en trois combats professionnels. Mirazizbek Mirzakhalilov, champion du monde poids plumes en titre, et le champion du monde des poids super-lourds Bakhodir Jalolov, invaincu dans six combats professionnels seront également à surveiller.

Le poids mi-lourd kazakh Bekzad Nurdauletov, qui a remporté la seule médaille d'or de son pays aux championnats du monde de l'année dernière, défendra également son titre à Amman.

Son compatriote Vassiliy Levit, qui a remporté l'argent chez les poids lourds à Rio et le bronze à Iekaterinbourg, tentera de se qualifier pour ses deuxièmes Jeux Olympiques.

Le poids moyen philippin Eumir Marcial espère faire mieux que sa médaille d'argent aux Mondiaux de 2019 et a suivi les enseignements de son compatriote Manny Pacquiao, l'un des plus grands combattants de tous les temps.

Chez les femmes, le meilleur espoir de la Chine est le poids moyen Li Qian, médaillée de bronze à Rio 2016, ancienne championne du monde et championne d'Asie en titre.

Mary Kom, qui a remporté huit médailles aux championnats du monde et une médaille de bronze aux Jeux olympiques de 2012, ambitionne de se qualifier pour ses deuxièmes Jeux. La boxeuse poids mi-moyen indienne Lovlina Borgohain, double médaillée de bronze des Championnats du monde, est également en lice.

Gardez également à l'œil le Philippin Nesthy Petecio et le Chinois Huang Hsiao-wen, champion du monde en titre des poids coqs.

Gold Coast, AUSTRALIE – 13 avril 2018 : Le Néo-zélandais David Nyika (en rouge) et l’Anglais Cheavon Clarke (en bleu) lors de la demi-finale des poids-lourds (91 kg) des JO de Rio 2016.
Gold Coast, AUSTRALIE – 13 avril 2018 : Le Néo-zélandais David Nyika (en rouge) et l’Anglais Cheavon Clarke (en bleu) lors de la demi-finale des poids-lourds (91 kg) des JO de Rio 2016.
Mark Metcalfe/Getty Images

L'Océanie sous les projecteurs

Les boxeurs d'Australie et de Nouvelle-Zélande sont également en lice à Amman, prenant part au processus de qualification en Asie (et ce depuis 2016).

Le poids super-lourd australien Justis Huni, 20 ans et médaillé de bronze aux championnats du monde masculins de 2019, est en passe de remporter la première médaille d'or olympique de son pays en boxe, tandis que le poids-lourd néo-zélandais David Nyika, double champion des Jeux du Commonwealth, est le meilleur espoir de médaille olympique de son pays depuis que David Tua a remporté le bronze en 1992.

Les boxeurs des îles du Pacifique, dont Tuvalu, la Micronésie et Kiribati, dont la population ne dépasse guère les 100 000 habitants, sont également en compétition.

Pour suivre les combats en direct depuis Amman, rendez vous sur le direct vidéo de Tokyo 2020 !

Direct vidéo du TQO Asie/Océanie

Par Olympic Channel.