Birgit Fischer : la plus jeune championne de kayak, mais aussi la plus âgée

L’équipe de canoë sprint féminin allemande en K4 500 m, médaillée d’or à Athènes 2004 : Birgit FISCHER, Maike NOLLEN, Katrin WAGNER, Carolin LEONHARDT.
L’équipe de canoë sprint féminin allemande en K4 500 m, médaillée d’or à Athènes 2004 : Birgit FISCHER, Maike NOLLEN, Katrin WAGNER, Carolin LEONHARDT.

Les Jeux Olympiques regorgent de champions, de records et de merveilleuses histoires mais le plus grand événement sportif du monde a également été le théâtre de scènes très originales, étranges, émouvantes, tristes ou cocasses. Chaque semaine, nous sortons des archives l’une de nos meilleures histoires pour vous faire sourire ou vous mettre la larme à l’œil. Cette semaine, nous vous racontons l’histoire de la seule Olympienne de l’histoire à avoir obtenu, en 24 ans, huit médailles d’or en kayak.

Le contexte

Birgit Fischer est née le 15 février 1962 à Brandebourg-sur-la-Havel en Allemagne de l'Est. Elle commence le kayak à l'âge de six ans en rejoignant son frère aîné Frank – qui, par la suite, a remporté neuf médailles aux Championnats du monde, dont trois d'or – au club de canoë local BSG Stahl Brandenburg. Son père, Karl-Heinz Fischer, fut son premier entraîneur. Puis c’est à partir de 1978 que le règne de Birgit Fischer a commencé.

Pour ses premiers Jeux Olympiques à Moscou en 1980, Birgit Fischer devient à 18 ans la plus jeune kayakiste à remporter une médaille d'or dans l'épreuve de K1 500 m. Après ses débuts olympiques, elle survole trois Championnats du monde consécutifs (1981, 1982, 1983) en s’imposant dans les trois épreuves de 500 m (K1, K2, K4). Le boycott par les nations du bloc de l'Est l’empêche de défendre sa couronne olympique aux Jeux de Los Angeles 1984.

Birgit Fischer se retrouve à nouveau sous les feux des projecteurs à Séoul en 1988. Bien qu’elle ait été battue dans la finale de l’épreuve individuelle par 0,12 seconde, elle s’attribua l’or le même jour dans l’épreuve en double, et de nouveau dans l’épreuve à quatre le lendemain. Après son succès à Séoul, Birgit Fischer décide de se retirer du sport après la naissance de son deuxième enfant, sa fille Ulla. De sa carrière olympique, elle compte à son palmarès trois médailles d'or et une d'argent.

Mais Birgit Fischer parvient à revenir à temps pour les Jeux de Barcelone 1992. En défendant cette fois les couleurs de l'Allemagne, elle récupère son titre en simple (K1 500 m) et obtient une médaille d'argent dans le kayak à quatre. À Atlanta 1996, elle décroche une autre médaille d'or en K4 et une d'argent en K2.

À Sydney 2000, elle remporte deux autres médailles d'or en K2 et K4, puis décide de prendre sa retraite pour la deuxième fois. Sa glorieuse carrière sportive semble alors bel et bien terminée.

Les Allemandes Susanne WIBERG et Birgit SCHMIDT (désormais FISCHER) reçoivent leur médaille d’or après leur victoire en canoë sprint féminin K2 aux Jeux de Séoul 1988.
Les Allemandes Susanne WIBERG et Birgit SCHMIDT (désormais FISCHER) reçoivent leur médaille d’or après leur victoire en canoë sprint féminin K2 aux Jeux de Séoul 1988.
Photo de Bongarts/Getty Images

Les finales

Birgit Fischer profitait de sa nouvelle vie d'Olympienne à la retraite. Célèbre pour sa carrière extraordinaire, elle était vénérée en Allemagne et apparaissait en couverture de magazine ou encore à la télévision. Un jour, une société de production, qui voulait faire un documentaire sur sa vie, a envoyé une équipe de tournage chez elle pour filmer quelques séquences. À leur demande et pour la première fois depuis son départ à la retraite, Birgit Fischer reprend sa pagaie. C’est alors qu’en glissant sur l'eau, elle sent monter en elle une envie irrépressible de revenir à la compétition pour la dernière fois.

« Je voulais voir si je pouvais être vraiment rapide à 42 ans. Je voulais me remettre en question », expliquait-elle à Olympic.org à propos de sa décision.

Après une pause de trois ans et à neuf mois d’Athènes 2004, la kayakiste réussit à rejoindre l'équipe allemande de K4.

À l’époque, la Hongrie domine le kayak féminin avec quatre titres successifs aux Championnats du monde (1999, 2001, 2002, 2003) en K4. Mais forte de sa pause sportive et de ses 23 années de plus que sa partenaire de kayak biplace Carolin Leonhardt, Birgit Fischer était plus confiante que jamais.

« Deux médailles d'or dans les bateaux d’équipe, ce serait le rêve », déclarait-elle.

Les 23 et 24 août, Birgit Fischer et ses partenaires se qualifient directement pour la finale en arrivant en tête des séries. Dans celles du K4, l'Allemagne arrive même devant la Hongrie, sa grande rivale.

En finale, les Hongroises mènent dès le départ tandis que les Allemandes sont les dernières du peloton de neuf équipes. Cependant, l’embarcation allemande parvient à réduire l'écart avec le bateau hongrois qui n’a plus que 0,3 seconde d’avance à mi-course. Dans la dernière partie, alors que les deux équipes donnent tout ce qu’elles ont malgré leurs bras fatigués, le quatuor allemand trouve ses ressources pour s’imposer avec une marge d’à peine deux dixièmes de secondes.

Ce fut la huitième médaille d'or olympique pour Birgit Fischer.

L’équipe de canoë sprint féminin allemande en K4 500 m, reçoit la d’or à Athènes 2004 : Birgit FISCHER, Maike NOLLEN, Katrin WAGNER, Carolin LEONHARDT.
L’équipe de canoë sprint féminin allemande en K4 500 m, reçoit la d’or à Athènes 2004 : Birgit FISCHER, Maike NOLLEN, Katrin WAGNER, Carolin LEONHARDT.
Photo de Stuart Franklin/Getty Images

La suite de l’histoire

Un jour après la finale du K4, Birgit Fischer décroche l'argent en double. Elle est désormais en possession de 12 médailles - 8 d'or et 4 d'argent - dans une carrière olympique allant de 1980 à 2004. Elle est élue personnalité sportive allemande de l'année en 2004 et est intronisée au Temple de la renommée des sports allemands quatre ans plus tard.

Athènes 2004 furent ses sixièmes et derniers Jeux Olympiques. Après quoi elle s'est concentrée sur son entreprise, KanuFisch, faisant la promotion du canoë-kayak dans un style de vie actif.

L’une des plus grandes athlètes de tous les temps a également laissé quelques conseils aux futurs Olympiens dans son entretien avec Olympic.org en 2019 : « N'oubliez jamais votre vie en dehors de l’embarcation, faites ce que vous avez envie de faire. N'écoutez pas seulement l'entraîneur, mais écoutez-vous, toujours. Réfléchissez à votre entraînement. Aimez-vous et prenez bien soin de vous. »