Annie Guglia : la Canadienne qui brise les barrières du sport féminin

La Canadienne Annie Guglia lors des Championnats du monde de skateboard 2019, qualificatifs pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020.
La Canadienne Annie Guglia lors des Championnats du monde de skateboard 2019, qualificatifs pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

L'athlète née à Montréal est un modèle pour la future génération de skateuses.

Annie Guglia a plus de dix ans d'expérience en skateboard, mais elle a failli renoncer à sa carrière quand elle a vu que les femmes dans son sport n'avaient pas les mêmes opportunités que leurs homologues masculins.

« Quand j'avais 17 ans, je me suis rendue compte du peu de visibilité des femmes dans ce sport et du peu de progrès réalisé, ce qui a conduit à encore moins de visibilité, d'opportunités, d'intérêt et de participation », a-t-elle déclaré à Olympic.ca.

« Dans l'ensemble, c'est un cercle vicieux et décourageant pour une jeune adolescente pleine d'ambitions! J'ai décidé d'abandonner ce rêve pour me concentrer sur mes études afin de pouvoir vivre une vie "normale" ou plus "réaliste". »

Mais une autre opportunité allait se représenter. Et cette fois, le saut sera bien plus grand.

Avec les débuts du skateboard à Tokyo 2020 l'année prochaine, qui comprendra des épreuves masculines et féminines, le rêve de Guglia d'être sur un pied d'égalité avec ces homologues masculins a été ravivé, et elle vise maintenant à représenter l'équipe Canadienne.

« Ce n'est que maintenant, [et] à 26 ans, avec l'ajout du skateboard dans les Jeux Olympiques de Tokyo, que mon rêve de réaliser cet objectif me soit revenu possible à l'esprit et c'est pourquoi je suis ici aujourd'hui », a déclaré l'athlète originaire de Montréal à Olympic.ca en août dernier.

Un nouveau sport aux Jeux Olympiques

L'aventure du skateboard au programme des Jeux Olympiques n'a pas été facile, car, selon Guglia, la communauté du skateboard était d'abord sceptique quant à son inclusion en tant que nouveau sport.

« Lorsqu'il a été annoncé que le skateboard ferait partie des Jeux Olympiques, beaucoup de gens n'étaient pas contents, car la plupart des skateurs ne considèrent pas le skateboard comme un sport », a-t-elle déclaré lors du podcast de Jay et Dan pour TSN en août.

« Mais cela a changé au cours des quatre dernières années car nous avons vu beaucoup de choses positives sortir de l'inclusion du skateboard dans les Jeux Olympiques, en particulier pour les femmes et pour les personnes dans les pays où il n'était même pas considéré comme un sport. »

« Nous n'avions pas de fédérations ni de skateparks et maintenant ils en construisent beaucoup. De plus en plus de jeunes s'y mettent. »

Et pour Guglia, un sport qui autrefois était considéré comme une sous-culture ou un mode de vie alternatif, va maintenant être visible au yeux du monde.

« Tout cela est positif pour l'industrie du skate - maintenant les gens réalisent qu'il ne s'agit pas seulement d'être différent. Si vous aimez le skateboard, vous devez le partager avec le plus grand nombre et les Jeux Olympiques sont une excellente plateforme. »

La place des femmes dans le sport

Le skateboard ne se contentant pas de passer du statut de sport classique à celui de sport olympique, il permettrait de mettre en avant le côté féminin d'un sport dominé par les hommes, ce que Guglia a toujours souhaité durant toute sa carrière de skateuse.

« Trois fois plus de femmes que d'hommes débutent le skateboard en ce moment », a déclaré Guglia à TSN.

La participation des femmes en skateboard a également augmenté en raison de leur participation aux Jeux Olympiques et de la popularité croissante de ce sport.

« En 18 ans d'expérience dans le milieu du skate, je n'ai jamais vu autant de solidarité, d'opportunités, de progression ou d'intérêt pour les femmes dans ce sport », a-t-elle déclaré à Olympic.ca.

Guglia est heureuse que son sport attire une grande diversité de personnes.

« Aujourd'hui, nous avons vu cette énorme croissance du nombre de femmes dans le sport, ainsi que de personnes queer, trans, gays, de toutes origines, religions, âges, styles, classes sociales, capacités et niveaux de compétence. C'est vraiment agréable à voir. »

« La communauté du skateboard est devenue tellement plus libre et plus inclusive et j'en suis de plus en plus fier. »

Une militante

En tant que militante pour une plus grande diversité et d'une meilleure intégration dans le sport, Guglia est également devenu une figure emblématique de la communauté sportive LGBQT.

« Je considère mon rôle dans cette communauté comme un modèle de positivité. C'est un peu étrange de le dire soi même, mais dans l'ensemble, j'essaie de me rendre visible chaque fois que possible et d'utiliser les plateformes qui me sont offertes pour montrer que c'est tout simplement normal », a-t-elle déclaré.

« Je suis une lesbienne canadienne, j'ai 29 ans, j'ai une maîtrise en stratégie commerciale et je suis une skateuse professionnelle. Si cela peut inspirer quelqu'un ou prouver quoi que ce soit, c'est le moment d'y aller!!! »

En route vers Tokyo 2020

A un an des Jeux Olympiques, Guglia doit encore participer aux qualifications lorsque le sport reprendra, après l'annulation des épreuves en raison du COVID-19.

Si l'on en croit les indications, les performances de Guglia ont été constantes au fil des années. Elle a terminé 15e aux X-Games de Minneapolis et a remporté la division des skateuses professionnelles Jackalope 2018 et 2019 - une rencontre annuel sportive au Canada que Guglia considère comme une bonne préparation pour les Jeux Olympiques.

Guglia a également participé aux Championnats du monde de skateboard en 2019, l'une des premières étapes de qualification pour les Jeux Olympiques. La jeune femme de 29 ans occupe actuellement la 33e place du classement olympique et doit se classer dans le Top 20 pour se qualifier.

« Je suis vraiment enthousiaste - parce que j'ai 29 ans - je ne suis pas vieille - mais commencer une carrière professionnelle de skateboard à 26 ans, c'est vieux. »

« Je voulais devenir skateuse professionnelle quand j'avais 15 ans et j'ai en quelque sorte arrêté d'y penser pendant dix ans, puis les Jeux Olympiques sont arrivés. »

« Pour moi, c'est excitant parce que c'est une opportunité que je n'aurais jamais pensé avoir. »