Alistair Brownlee veut deux médailles à Tokyo

Marbella, ESPAGNE - 27 avril 2019 : Le Britannique Alistair Brownlee en passe de franchir la ligne d’arrivée de l’’Ironman 70.3 de Marbella en seconde position.
Marbella, ESPAGNE - 27 avril 2019 : Le Britannique Alistair Brownlee en passe de franchir la ligne d’arrivée de l’’Ironman 70.3 de Marbella en seconde position.

Pendant longtemps, l’éventualité de voir Alistair Brownlee défendre ses deux titres olympiques à Tokyo tendait vers un non. Mais avec ses récentes déclarations, le triathlète britannique pourrait bien s’envoler au Japon, et même participer au relais mixte, qui fera ses débuts olympiques.

Depuis qu’il a débuté son aventure olympique, cinq médailles d’or ont été distribuées. Le triathlète Alistair Brownlee en a remporté deux : à Londres 2012 et Rio 2016. Mais avec l’introduction du relais mixte, il a désormais la possibilité de terminer sa carrière olympique avec quatre médailles d’or sur sept possibles et d’occuper une place à part dans l’histoire olympique.

« Le relais mixte est très excitant. C’est un format que j’aime beaucoup » a déclaré le triathlète britannique à Olympic Channel.

Le relais mixte oppose des équipes composées de deux hommes et deux femmes sur un parcours relativement court (300 m de nage, 8 km de vélo, 2 km de course à pied) que chaque athlète doit terminer. Un format qui convient bien aux qualités de Brownlee.

« Bien sûr que l’on doit être rapide, mais l’on doit également être solide pendant 20 minutes en étant très bon techniquement et tactiquement ainsi que dans les transitions. Et c’est là où je suis très bon. »

2014 Getty Images

Séparé de son frère

Évidemment, un format en équipe convient parfaitement à Alistair Brownlee. Il a vécu et s’est entraîné la majorité de sa vie avec son petit frère Jonny. Les deux sont plus connus sous l’appellation des « frères Brownlee ». À deux, ils détiennent quatre médaille olympiques. Tout le spectre de couleurs est représenté : or, argent et bronze (deux en or pour Alistair, une de bronze et d’argent pour Jonny).

Mais le confinement en raison de la pandémie de COVID-19 les a récemment éloigné. 

Alistair et Jonny ont passé la quarantaine dans deux maisons différentes. Ils étaient même séparés pendant leur anniversaire.

« Nous sommes tous les deux nés en avril, c’était donc il y a quelques semaines. C’est le ‘nouveau normal’. Nous avons fait plusieurs appels via Zoom et sommes donc restés en contact avec les amis et la famille grâce à la technologie » explique Alistair, qui reflète la réalité actuelle de millions de personnes. 

Cette réalité l’a également forcé à mettre ses plans en suspens. Pour le moment, il adapte sa vie au confinement.

« Le plus difficile, et c’est pareil pour tout le monde, c’est que nous ne savons pas combien de temps cela va durer et quand nous pourrons revenir à la normale, d’un point de vue sportif. Nous ne savons pas non plus quand les compétitions vont reprendre » explique-t-il.

View this post on Instagram

We did it

A post shared by Alistair Brownlee (@alistair.brownlee) on

Un dernier coup d’éclat

Avant le confinement, les deux frères s’entraînaient en altitude aux États-Unis afin d’atteindre le niveau qui leur aurait permis de réaliser leurs ambitions olympiques.

Et même si Alistair s’est décidé à vouloir participer aux Jeux de Tokyo 2020, la qualification est toujours un problème à résoudre. 

« Je faisais tout mon possible pour essayer de me qualifier… Mais il y avait beaucoup de ‘si’. J’aurais du faire de très bonnes courses pour me qualifier et faire partie des trois triathlètes britanniques qui peuvent se rendre aux Jeux, dont on ne connaît pas encore les noms. »

Même si beaucoup de questions demeurent sans réponse, Alistair Brownlee est déterminé à tout donner pour les prochains Jeux Olympiques.

« J’espérais juste pouvoir me donner à fond pour vivre une belle dernière expérience olympique. »

« Les Jeux Olympiques comptent énormément pour moi. J’ai eu la chance de participer à trois éditions. Si l’on m’avait dit, à 14 ans, que je participerais à trois JO et que je remporterais deux médailles d’or, je n’y aurais jamais cru. »

« Je crois que je suis bien avec ça. Mais ça aurait été fantastique de participer de nouveau. »

Gérer la situation

Pour le moment, avec la pandémie et le report des Jeux, Brownlee ne peut qu’attendre. 

Pour beaucoup d’athlètes, cela a été dévastateur. Tous leurs plans bien établis se sont anéantis en un instant. C’est le genre de réaction qu’aurait pu avoir Brownlee il y a quelques années.

« L’une de mes premières réactions à été de me dire que j’étais plutôt content que cette situation ne se soit pas produite il y a huit ans, car j’étais dans la forme de ma vie » se rappelle Alistair.

« Sept ans plus tôt, j’étais prêt à prendre le départ. Je me sens vraiment désolé et j’ai beaucoup d’empathie à l’égard des mecs qui sont dans la forme de leur vie. »

Mais en tant qu’athlète expérimenté, Brownlee a quelques conseils pour les sportifs qui n’arrivent pas à gérer cette situation. 

« L’une des stratégie est de s’éloigner autant que possible de la préparation. C’est difficile de maintenir un entraînement intensif, un niveau de concentration élevé et un état d’esprit pendant une longue période. Pour certains, cela peut être des semaines ou des mois, mais certainement pas 15 mois. »

« Alors passez du temps à vous entraîner aussi dur que possible, mais en dehors de ça, essayez de vous relâcher et de vous occuper autrement. »

« Apprenez à jouer de la guitare, à cuisiner, ou lisez. »

« Cela vous donnera probablement du recul par rapport à la situation. Et je crois qu’avec ce recul, vous serez plus frais et plus prêts que jamais à revenir et vous concentrer autant que vous pouvez pour 2021, lorsque les Jeux vont arriver. »

Alistair Brownlee sera-t-il frais l’année prochaine pour tenter de doubler son nombre de médailles aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020 ? La réponse vaut la peine d’attendre.