Aftershocks : Comment le sport unit les communautés après le séisme de 2011

Taupo, NOUVELLE-ZÉLANDE - 5 mars 2011 : Le Japonais Hiroyuki Nishiuchi  lors de l’épreuve de course à pied du triathlon Ironman de Taupo.
Taupo, NOUVELLE-ZÉLANDE - 5 mars 2011 : Le Japonais Hiroyuki Nishiuchi lors de l’épreuve de course à pied du triathlon Ironman de Taupo.

Nous suivons les athlètes olympiques japonais dans leur ville natale pour comprendre comment ils reconstruisent leurs communautés à travers le sport. 

Vendredi 11 mars 2011 : le jour où la côté Est du Japon a été ébranlée.

Le tremblement de terre du Tohoku a débuté à 14h56, heure locale. Mesuré à 9,0 sur l’échelle de Richter, il a coûté la vie à 15 848 personnes. 

En plus de cela, le tsunami subséquent a engendré une défaillance dans le système de refroidissement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Des déchets radioactifs se sont échappés et l’accident nucléaire a été évalué au niveau 7. 

Les côtes du Tohoku et du sud d’Hokkaido ont été totalement dévastées, ce qui a causé des dommages estimés à 360 millions de dollars. 

Cependant, une fois que la vie a pu reprendre son cours, le véritable pouvoir du sport s’est dévoilé.

Le marathon annuel qui inspire de l’espoir aux habitants de Minamisoma
09:04

Dans cette nouvelle série originale d’Olympic Channel, nous suivons des athlètes dont les vies ont été directement affectées par le séisme de terre de 2011. Ils sont retournés dans leur ville natale pour découvrir à quel point le sport pouvait aider à reconstruire les vies des habitants.

Dans l’épisode 1, le triathlète Hiroyuki Nishiuchi retourne à Minami Soma, qui a été l’épicentre de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

L’athlète aux deux participations olympiques a pris part à la reconstruction de la ville depuis 2011. Aujourd’hui, la plupart des résidents travaillent de nouveau.

Nishiuchi participe également au marathon annuel de Minamisoma, une exemple inspirant du pouvoir rassembleur du sport.