L'ado-barreur double médaillé

Au premier plan, l'équipe d'Italie de l'épreuve de huit en pointe avec barreur en aviron des Jeux Olympiques de Berlin 1936.
Au premier plan, l'équipe d'Italie de l'épreuve de huit en pointe avec barreur en aviron des Jeux Olympiques de Berlin 1936.

Les Jeux Olympiques regorgent de champions, de records et de merveilleuses histoires mais le plus grand événement sportif du monde a également été le théâtre de scènes très originales, étranges, émouvantes, tristes ou cocasses. Chaque semaine, nous vous sortons des archives l’une de nos meilleures histoires. Cette semaine : hommage à Noël Vandernotte, l’adolescent-barreur médaillé de Berlin 1936 à 12 ans, décédé le 19 juin dernier à 96 ans.

Le contexte

Noël Vandernotte est tombé dans la marmite de l’aviron dès son plus jeune âge. Son père Henri, ses frères Marcel et Fernand ramaient ensemble au Cercle de l’Aviron de Nantes. Les barreurs de l’époque étaient en général des petits gabarits et c’est tout naturellement que Noël participe à sa première course à huit ans. Le rôle de barreur demande pourtant une certaine autorité et un sacré coffre. « On était pauvres, pas équipés. J’étais souvent trempé, je gelais, c’était la galère. (…) Mes oncles, c’étaient des durs. Mais sur l’eau, j’étais le seul à parler. J’adorais faire corps avec le bateau et l’équipage », détaillait-il il y a quelques années à Ouest-France.

En 1932, Fernand et Marcel Vandernotte avaient terminé quatrièmes du deux de couple aux Jeux Olympiques à Los Angeles. Champions de France en 1935, ils se rendent à Berlin en compagnie de Marcel Chauvigné et Jean Cosmat pour le quatre de couple, avec Noël comme barreur.

« On allait aux JO pour gagner, poursuit Noël Vandernotte. Surtout qu’on s’était fabriqué un bateau spécial. Il nous allait comme un gant. On savait qu’on allait bomber », se souvenait encore Vandernotte.

Le moment historique

On a beau être le 14 août, il fait un froid glacial sur le Grunau de la Langer See de Berlin. Les Français ont attendu leur bateau dix jours et n’ont donc pas pu s’entraîner correctement. Les conditions de vent sont dantesques. La course est très dure, les Allemands s’imposent huit secondes devant les Suisses, la France décroche une médaille de bronze, dix-sept secondes derrière les vainqueurs.

À 12 ans, 7 mois et 20 jours, Noël Vandernotte entre dans l’histoire une première fois, avant de renouveler l’exploit quelques heures plus tard en deux barré avec Georges Tapie et Marceau Fourcade, du Rowing club de Bône, remportant sa deuxième médaille de bronze, derrière l’Allemagne et l’Italie cette fois.

Berlin 1936L'équipe allemande de quatre de couple avec barreur - Hans MAIER, Walter VOLLE, Ernst GABER, Paul SOLLNER et le barreur.
Berlin 1936L'équipe allemande de quatre de couple avec barreur - Hans MAIER, Walter VOLLE, Ernst GABER, Paul SOLLNER et le barreur.
© 1936 / Comité International Olympique (CIO)

Les conséquences

Longtemps considéré comme le plus jeune médaillé olympique de l’histoire, « Nono » a été « détrôné » par un Gymnaste Grec, Dimitros Loudra, qui avait seulement 11 ans quand il a été médaillé en… 1896, lors des premiers Jeux olympiques de l’ère moderne.

Mais pour le jeune garçon, cela n’a pas grande importance, les médailles sont bien à lui. « Un dirigeant qui nous a apporté nos médailles voulait garder une des miennes ‘Nono, partage tes médailles’, a suggéré un de mes oncles. ‘T’en as pas besoin de deux !’ Mais je les avais gagnées et je n’ai pas cédé ! »

Longtemps Noël continuera l’aviron, tentant de se qualifier pour les JO de Londres de 1948 comme rameur, sans succès. Il se tournera plus tard vers le culturisme non sans succès avant de s’installer à Beaucaire dans le Gard pour une retraite paisible. Il nous a quitté le 19 juin dernier à 96 ans, restant comme le plus jeune athlète français médaillé aux Jeux, sans doute à jamais…