À 38 ans, la triathlète Nicola Spirig a devancé quasiment tous les hommes à Zurich

Glasgow, ÉCOSSE - 9 août 2018 : La triathlète suisse Nicola Spirig pose avec la médaille d’or remporté aux Championnats d’Europe 2018.
Glasgow, ÉCOSSE - 9 août 2018 : La triathlète suisse Nicola Spirig pose avec la médaille d’or remporté aux Championnats d’Europe 2018.

La championne olympique de triathlon de Londres 2012 Nicola Spirig est arrivée 3e de l'Uster Triathlon, chez elle en Suisse. Seulement deux hommes sont arrivés devant elle. 

La préparation commence plutôt bien. Lors de son premier triathlon depuis l'arrêt des compétitions en raison de la pandémie de COVID-19, la triathlète suisse Nicola Spirig a terminé à la troisième place du classement scratch - hommes et femmes confondus - de l'Uster triathlon en Suisse, le 13 septembre. Une performance hors-norme pour la championne olympique de Londres 2012, âgée de 38 ans. 

Seuls deux hommes l'ont devancé d'un peu plus de 5 minutes. Au classement féminin, elle termine avec plus de 15 minutes d'avance sur sa dauphine. 

« J'ai couru l'Uster triathlon où j'ai nagé plus vite que le vainqueur Ruedi Wild, avec qui je suis toujours en concurrence depuis notre première course en 1992 », a-t-elle écrit sur dans un post Instagram. « J'ai remporté la course et j'aurais été troisième de la course masculine. Je suis très contente ! »

En route vers de nouveaux records

Une forme impressionnante compte tenu de sa chute survenue à la mi-juillet qui lui a valu une fracture de la tête du radius du coude gauche, un mois seulement après avoir annoncé qu'elle poursuivait sa carrière un an de plus pour participer aux Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

La mère de trois enfants participera à ces cinquièmes Jeux Olympiques, ce qui sera un record absolu dans une épreuve apparue au JO pour les femmes à Sydney 2000. 

Elle tentera d'améliorer un record qu'elle détient déjà : être la première femme à décrocher trois médailles olympiques, après l'or à Londres 2012 à l'issue d'un finish épique (voir vidéo plus bas) et l'argent à Rio 2016.

View this post on Instagram

Busy weekend! On Friday I competed in the 5000m track Swiss Championships (old pic as dont have a new one from event...). The pace was extremely slow for the first 3,5km and a bit too fast for me in the last 1,5km which resulted in a 5th place. Then today I raced in the Uster Triathlon where I swam faster than Ruedi Wild (always an internal competition between us since our first race together in 1992😂), won the race and would have gotten third in the mens race, happy with it! I drove directly to Schaffhausen to support the kids who participated in our „Kids Cup by Nicola Spirig“ there, pics in the next post. Now looking forward to some „normal training“ and family time🙂 #racing #triathlon @ochsner_sport @landroverswitzerland @raiffeisenschweiz #gazenergie @on_running @descente_global @atupri.ch @stmoritz @lian_chinaherb @specializedde @kpmgswitzerland @bicoswitzerland @uvexcycling @sponsersportfood_com @micarnateam @polardach @ismseat

A post shared by Nicola Spirig (@nicolaspirigofficial) on

La médaille ou rien

Car si elle a annoncé qu'elle voulait participer à Tokyo en juin dernier, ce ne sera pas pour inscrire son nom dans la liste des finishers. Ce sera pour remporter une nouvelle médaille, comme elle l'a expliqué dans une interview accordée à la Radio télévision suisse.

« Mon coach [Brett Sutton] fixe toujours des objectifs très hauts et voulait savoir si j'étais disposée à me donner à 100 % pour remporter une médaille. Car pour lui, participer simplement à mes cinquièmes Jeux Olympiques n'est pas assez. Il veut fixer de grands objectifs et il est important que j'ai les mêmes. »

Une reprise internationale attendue

Une fois remise de sa fracture au coude, Nicola Spirig a participé au Championnat de Suisse de duathlon (course à pied + vélo), où elle a remporté le titre. Une reprise réussie qui lui a donné de la confiance. « Même si je n'ai pas pu m'entraîner comme je le voulais pendant les six dernières semaines, cela montre que je suis sur la bonne voie », déclarait-elle à la RTS.

Elle a ensuite enchainé sur un triathlon local, qu’elle a encore remporté, avant de s’aligner sur les Championnats d’athlétisme suisses dans l’épreuve du 5 000 m. Elle a terminé 5e en raison d’un rythme « trop rapide sur les derniers 1 500 m ». Le lendemain, elle terminait 3e au scratch de l’Uster triathlon. 

Avec ses premiers résultats, ses performances sur le circuit mondial seront très attendues en 2021, avant la grande explication mondiale le 27 juillet 2021 pour le triathlon féminin des Jeux de Tokyo 2020.

Finales classiques : Triathlon féminin 2012
52:00