À 19 ans, Samba-Mayela brille aux Championnats de France

Cyréna Samba-Mayela lors de l'épreuve de 100 m haies des Championnats de France d'athlétisme 2020 à Albi. Avec un chrono de 12 s 73, elle a remporté la médaille d'or.
Cyréna Samba-Mayela lors de l'épreuve de 100 m haies des Championnats de France d'athlétisme 2020 à Albi. Avec un chrono de 12 s 73, elle a remporté la médaille d'or.

De belles performances ont été réalisées aux Championnats de France d’athlétisme à Albi, les 12 et 13 septembre 2020. Celle de la jeune hurdleuse Cyréna Samba-Mayela, 19 ans seulement, a particulièrement retenu l’attention. 

Les records personnels s’enchaînent pour la jeune hurdleuse de 19 ans. Samedi dernier (12 septembre), Cyréna Samba-Mayela participait à ses premiers Championnats de France élite et n’avait pas l’intention de faire de la figuration. Très en vue depuis la reprise de la saison 2020, la pensionnaire de l’ASPTT Lille Métropole n’a d’ailleurs pas attendu pour épater les spectateurs du stadium municipal d’Albi.

Dès sa série, elle établissait un chrono de 12 s 77, nouveau record personnel. Elle finissait avec une marge d'une demi-seconde sur Solenn Copper, qui terminait deuxième. Comme un avertissement avant la finale, une heure et demie plus tard. Dans laquelle elle n’a pas tremblé.

À l’arrivée, un nouveau record personnel de 12 s 73 et un chrono qui se rapproche de plus en plus du record de France espoir, détenu par Monique Ewanjé-Épée (championne d’Europe 1990) avec 12 s 65. Si ce record est battu par Samba-Mayela à partir du 1er décembre 2020, cela signifiera qu’elle a réalisé les minima olympiques pour Tokyo 2020, fixés à 12 s 64.

Un été prolifique

Face au micro, la jeune athlète montre une sérénité rare à un si jeune âge. Samba-Mayela sait ce qu’elle veut et sa progression n’est qu’une suite logique.

« Je ne suis pas surprise, je viens pour ça », affirmait-elle après sa course. « Je sentais que je pouvais faire mieux. J’étais optimiste et ça a payé. C’est une étape, ce n’est pas ma dernière compétition. Je vais à Rome la semaine prochaine et j’espère améliorer mon record personnel. »

Le 17 septembre prochain, ce sera sa première expérience dans un meeting comptant pour la Ligue de Diamant. Elle espère une nouvelle fois abaisser son record de quelques centièmes de seconde pour terminer une saison riche en performances de haut rang.

Le 9 août dernier, elle débutait sa saison à Bruxelles avec un chrono de 13 s 19. Elle confirmait dans ce meeting européen où la concurrence était rude, établissant un 13 s 07 et une quatrième place, derrière la Néerlandaise Nadine Visser (12,68 s) notamment, ainsi que la championne d’Europe 2018 biélorusse Elvira Herman (12,96 s). Un premier passage sous les 13 s avec 12,87 s à Chorzów en Pologne avant une victoire à Marseille en 13 s, sa dernière course avant les Championnats de France d’Albi.

Une place parmi les plus grandes hurdleuses françaises

Avec son chrono de 12 s 73 s, Samba-Mayela tout simplement établi la troisième meilleure performance mondiale de l’année et surtout la huitième meilleure performance française de tous les temps sur 100 m haies. Une discipline qui a toujours enregistré de bons résultats dans les compétitions internationales chez les femmes, avec notamment Ewanje-Épée citée plus haut, ainsi que les médailles de bronze olympiques Patricia Girard-Léno (Atlanta 1996) et Michèle Chardonnet (Los Angeles 1984).

Plus récemment, c’est Cindy Billaud qui avait enregistré de jolis chrono avec notamment une saison 2014 riche en succès. Record de France à Reims en 12 s 56 et médaille d’argent aux Championnats d’Europe de Zurich en 12 s 79.

Actuellement entraînée par le champion du monde de triple saut 2013 Teddy Tamgho, Cyréna Samba Mayela entretient naturellement de grands espoirs pour la suite.

33e titre pour Robert-Michon

Les autres épreuves ont notamment vu Mélina Robert-Michon remporter son 33e titre de championne de France du lancer de disque, avec un jet à 60,06 m. Elle égale ainsi la sprinteuse et lanceuse Lucienne Velu, qui avait remporté autant de titres dans les années 1920 et 1930. « Égaler c’est bien, mais battre c’est mieux », lâchait la vice-championne olympique de Rio 2016, donnant implicitement rendez-vous les 26 et 27 juin prochains lors des Championnats de France 2021, un mois avant les Jeux Olympiques de Tokyo.

Renaud Lavillenie a quant à lui remporté son dixième titre de champion de France de saut à la perche en plein air avec un saut à 5,80 m, devant son frère Valentin.

Wilhem Belocian a remporté le 110 m haies comme attendu, avec un chrono de 13 s 20, en l’absence de Pascal Martinot-Lagarde, blessé à l'ischio-jambier.

De son côté, Jimmy Gressier a remporté son premier titre de champion de France élite sur piste en terminant premier sur 5 000 m avec un chrono de 13 min 33 s 08.

Le détenteur du record du monde du décathlon Kévin Mayer était également présent lors de ces Championnats, en lancer de poids et sur 110 m haies. Au poids, il a terminé 9e avec 16,08 m, déçu de sa performance.

« Je me suis mis la pression au lieu de travailler, d’être dans la technique », a-t-il confié. « J’avais trop d’envie. J’ai pris un peu de repos, j’avais des jambes, envie de m’exprimer, mais pas assez de concentration. »

Il s’est ensuite qualifié pour la finale du 110 m haies avec 13 s 91 mais ll a préféré ne pas courir la finale en raison d’une douleur au mollet. Mayer tentera de réaliser les minima olympiques les 18 et 19 décembre à la Réunion.